• COURS DE FRANCAIS AU LYCEE

     

     

     

     

     

    Le Français au second cycle

     

     

                                                                 

    ·       Cahier de notes et d’exercices

    ·       Résumé suivi de discussion

    ·       Commentaire Composé

    ·       Dissertation

    ·       Littérature

     

     

     

     

     

     

     

     

    Hassan KINDO

     

     

     

     

    mailmailmailmailmailmailmailmailmailmailmailmailmailmail

     

     

     

     

    Première partie :

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Techniques d’expression écrite et orale

     

     

     

     

     

    enlightenedenlightenedenlightenedenlightenedenlightenedenlightenedenlightenedenlightenedenlightenedenlightenedenlightenedenlightened

     

     

     

     

     

     

    LE RESUME SUIVI DE DISCUSSION

     

                Le résumé de texte est l’un des trois exercices que le candidat au bac peut choisir pour faire valoir ses compétences en français. Et pour permettre au candidat de mettre toutes les chances de son côté l’apprentissage de l’exercice s’tale sur trois ans et commence dès la classe de seconde. Conduire le résumé consiste à :

    ·         Résumé un texte

    ·         Expliquer deux mots ou expression à partir de leur contexte d’utilisation

    ·         Discuter une affirmation ou un point de vue en faisant attention aux alternatives.

    Pour mener ce travail à bien, le candidat dispose de quatre heures de temps qu’il devra gérer à bon escient.

     

    A.    LE RESUME.

    I- Éliminez les difficultés de vocabulaire:

                Après une première lecture attentive, relevez les mots difficiles et cherchez-en le sens en vous aidant d'abord du texte, puis d'un dictionnaire.

    II- Dégagez le thème général, les idées directrices:

                De quoi parle-t-on ? Que cherche-t-on à nous démontrer ou que veut-on nous faire comprendre ?

                Une seconde lecture attentive vous aidera à dégager le sujet du texte et l'essentiel de son argumentation (si c'est un texte d'idées).

    III- Soulignez les points principaux dans le texte:

                Utilisez pour ce travail de repérage un crayon de manière à pouvoir rectifier en cas d'erreur (gomme). Il arrive en effet fréquemment que l'on prenne une idée secondaire pour une idée principale.

                Ne vous fiez pas totalement à la disposition en paragraphes, car les idées ne suivent pas nécessairement ce découpage.

    IV- Repérez les articulations logiques:

                L'articulation du raisonnement est fréquemment indiquée par des liaisons logiques que vous devez repérer (en les encadrant, par exemple): de plus, mais, néanmoins, par conséquent, donc, etc. Ces mots de liaison indiquent les relations de cause, de conséquence, d'opposition, de restriction, etc.

    V- Dégagez le plan détaillé du texte:

                Reprenez les idées principales (soulignées dans le texte). Ordonnez votre plan en hiérarchisant les parties et les sous-parties:

     I- idées principales

    1.arguments appuyant ces idées

    a.exemples illustrant les arguments.

    VI- La rédaction du résumé:

                Vous êtes maintenant en mesure de composer votre résumé. Attention!

    ·         Ne présentez pas le texte et n'utilisez donc pas de formules telles que « l'auteur déclare que... démontre que... »

    ·         Ne prenez pas de « distance » avec le texte: vous devez produire dans le même ordre une version condensée, mais fidèle.

    ·         Ne reprenez pas les citations du texte. Mais les mots clés sont permis, et à la rigueur une formule significative (notée entre guillemets).

    Votre effort consistera à éliminer sans hésitation tout ce qui est d'un intérêt secondaire (illustrations d'une idée, exemples d'appui, chiffres et pourcentages superflus...).

    VII- Vérification et relecture:

                Cette étape est indispensable. Relisez une première fois pour vérifier la cohérence de vos propos, leur enchaînement.

                Comptez vos mots (faites figurer le nombre de mots utilisés à la fin du résumé). Vous devez réduire le texte de l'auteur au quart de sa longueur environ (marge de 10% en plus ou en moins admise).

                Si vous constatez une trop grande différence, relisez une seconde fois plus attentivement, afin de retrancher des mots (phrases à contracter davantage) ou d'en ajouter (éléments à reprendre dans le plan).

     

    B.     EXPLICATION DU VOCABULAIRE

                Expliquer le vocabulaire dans le cadre du résumé de texte revient à donner le sens de deux mots ou expressions tirés du texte à partir duquel on obtenu le résumé. Cette  explication doit se faire en prenant en compte le contexte dans lequel  le mot ou l’expression a été utilisé. Le sens doit être proposé grâce à une phrase explicative. Il faut surtout éviter d’employer le du dictionnaire.

     

    C.    LA DISCUSSION

     

                Selon les instructions officielles, la discussion porte sur le texte qui a été donné à résumé. Le libellé formule à parti du texte une question. Cette question pose un problème dont le texte éclaire au moins un aspect et pour l’examen duquel il offre des éléments. on demande au candidat d’exprimer en se référant à son expérience personnelle et à ses lectures, un avis argumenté (second aspect). L’exercice permet d’apprécier, en outre la correction de l’expression, la validité du raisonnement et l’aptitude à discuter c'est-à-dire à comprendre et à confronter des points de vue différents.

                Ainsi la discussion est une composition française de taille réduite à rédiger en deux heures environ sur un problème, une idée, un thème précis tiré du texte et sur lequel l’auteur du texte a exprimé son point de vue. Si dans le résumé il n y a pas de point de vue personnelle du candidat, dans la discussion par contre, il est nécessaire d’exprimé son point de vue personnelle. La correction de la langue écrite concerne aussi bien l’orthographe que la syntaxe. Le raisonnement doit être bâti sur une construction ou un plan clair et précis, aboutissant à ce que l’on veut démontrer. A noter que le libellé du sujet de discussion, donne le plus souvent des indications sur ce plan.

                La discussion implique qu’il y ait objet de débat, donc au moins deux positions qui s’affrontent, se contredise ou se distinguent. Le plus souvent, le candidat aura à remettre en cause une idée reçue ou au contraire un paradoxe, c'est-à-dire une opinion inattendue. Toute question peut généralement se réduire à la mise en perspective de deux notions, de deux optique, de deux concepts. Dès que le candidata sous les yeux le sujet, il doit penser à le mettre en cause, par exemple, en opposant : théorie et pratique ; être et paraître ; être et avoir ; objectif et subjectif ; désir et devoir ; loi et justice ; volonté et nécessité ; etc. la discussion doit finir par faire dialoguer ces contraires ou ces disparité. Ainsi elle progresse forcement vers un effort pour poser une conciliation constructive. L’argumentation vise à résoudre un conflit et à imposer une troisième voie ou simplement une solution.

     

    SUJETS POUR S’EXERCER

    Sujet 1

    CONTRACTION DE TEXTE

                   TEXTE : « La presse est un véritable service public »

                La première fonction de la presse est naturellement l’information, c’est-à-dire la transmission, l’explication et le commentaire des nouvelles au double niveau de la petite et de la grande actualité. Mais le champ d’information de la presse, qui est en principe illimité, est, en réalité, considérablement restreint, d’abord par la curiosité du public qui ne se porte pas également sur tous les aspects de la vie du monde, mais aussi par la nature même du journalisme qui, pour beaucoup, reste encore descriptif du superficiel, du pittoresque et de l’accidentel. Un journal doit, non pas instruire son lecteur, mais l’intéresser et la vielle formule des écoles de journalisme américain, « un chien mord un homme, ce n’est pas une nouvelle ; un homme mord un chien : c’est une nouvelle », est assez révélatrice à ce sujet. De plus, et sans vouloir débattre de la question de l’objectivité du journalisme, il convient d’évoquer, au moins, les déformations que l’instrument de transmission de nouvelles qu’est le journal fait obligatoirement subir aux informations qu’il livre, par le seul fait de leur sélection et de leur mode de présentation dans le corps du journal.

                De cette fonction traditionnelle d’information dérive celle de la documentation. La rapidité de l’évolution du monde moderne rend vite dépassés les ouvrages de type encyclopédique ou les bilans présentés par les livres sur les sujets qu’ils traitent ; la presse contemporaine se voit donc de plus en plus confier, en fait, le rôle de remise à jour des connaissances que sa périodicité lui permet de remplir plus facilement que le livre dont les rééditions sont toujours irrégulières et aléatoires et l’audience plus limitée. Cette fonction de documentation est plus spécialement réservée à la presse technique et spécialisée, mais elle conduit de plus en plus fréquemment la presse d’information générale, y compris les quotidiens, à publier des articles ou des documents destinés, en fait, à être conservés. La presse devient de plus en plus un instrument de référence documentaire.

                La presse rend aussi de multiples services pratiques à ses lecteurs en les aidant à mieux ordonner leur emploi du temps, en facilitant les multiples démarches de la vie quotidienne, en les conseillant dans leur activité individuelle. Cette fonction de renseignement est essentielle dans une société où les conditions de vie rendent sans cesse plus complexes les liens de l’individu avec la collectivité. Elle est assurée par les rubriques de types programmes de spectacles, horaires divers, météorologie, et les diverses chroniques de conseils. En plus d’un sens aussi par les petites annonces et parfois la publicité.

                Le divertissement est la troisième des grandes fonctions de la presse : en soi déjà la lecture est une activité de divertissement. Ainsi l’enquête sur l’audience de dix grands régionaux français montre que 90% de lecteurs considèrent la lecture de leur quotidien comme une occasion de détente. Mais par ses rubriques de jeux, par ses rubriques de lecture romanesques (romans-feuilletons et bandes dessinées, récits et reportages exotiques ou sentimentaux) mais aussi ses rubriques d’échos, voire par ses récits de faits divers, la presse cherche aussi à distraire plus directement son lecteur. L’illustration elle-même n’a que rarement valeur purement informative et reste, pour l’essentiel, image.

                Par-delà même ces trois fonctions principales, la presse exerce indirectement une influence régulatrice sur le corps social par ses fonctions psychothérapeutiques : la lecture régulière des journaux et périodiques aide l’individu à purger ses passions et se libérer de certaines frustrations. Une certaine conception de la morale traditionnelle conduit souvent à condamner l’exploitation par la presse des récits des actes criminels, des égarements de la passion amoureuse, des scandales familiaux ou politiques, d’indiscrétions sur la vie privée des vedettes de l’actualité et la publication de photos à caractère érotique ; il convient d’abord de constater que le succès de ce type d’articles remonte pratiquement aux origines de la presse et a toujours trouvé son équivalent dans une certaine littérature romanesque : ce n’est donc pas un phénomène récent. L’actualité ainsi présentée n’est certes, pas exemplaire mais sa présentation aide, à sa manière, les individus à se défouler par le rêve ou l’indignation ou en leur offrant des sujets de conversation.

                La lecture de la presse aide aussi à l’intégration de l’individu dans le corps social. La lecture du journal est une sorte de dialogue avec le monde. Elle brise l’isolement de l’individu ; elle est par excellence un acte de participation.

                Ainsi, par les différentes fonctions qu’elle remplit, la presse est un véritable service public.

                                           Pierre ALBERT, La presse, P.U.F., Coll. « Que sais-je ? », 1982   

    Résumé (08 pts)

    Résumez le texte au ¼ de sa longueur.

    Une marge de 10 % de mots en plus ou en moins est autorisée.

    Précisez le nombre de mots de votre résumé.

    2-Vocabulaire (02 pts)

    Expliquez dans le texte le sens des expressions suivantes :

    - « un instrument de référence documentaire »

    - « elle est par excellence un acte de participation. »

    3-Discussion (10 pts)

    « La lecture du journal est une sorte de dialogue avec le monde. »

    Sujets 2

    CONTRACTION DE TEXTE

    TEXTE : « Les femmes dans le monde du travail ».

                L’univers du travail ressemble bien peu au Paradis. Outre les efforts physiques et intellectuels qu’il exige, il met le caractère à rude épreuve. On ne saurait dire que l’amabilité et la gentillesse illuminent les relations professionnelles. Petites mesquineries et grandes saloperies tiennent souvent lieu d’ « esprit maison ». En dehors des sympathies qui nouent hors hiérarchie, l’atmosphère générale tient plus de la caserne que du compagnonnage.

                Les exemples de ces brimades foisonnent. Surtout dans les très grosses communautés de travail qui multiplient les règles contraignantes sans se soucier des réactions individuelles. Ici, on place des micros dans les toilettes pour s’assurer que les employées ne perdent pas le temps en bavardages inutiles. Là, on interdit de s’assoir, même si la coiffeuse ou vendeuse n’ont rien à faire, pour ne pas donner à la clientèle une impression de laisser-aller. Ailleurs, il n’est pas possible d’aller boire pendant les heures ouvrables, en dehors du quart d’heure de pause au milieu de l’après-midi. Je me souviens de ce témoignage bouleversant d’une dactylo de « pool » dans  une compagnie d’assurances. « Pour pouvoir s’absenter cinq minutes de son poste, il faut lever le doigt, comme à l’école, et attendre l’autorisation de la surveillance. Au bout de quatre minutes d’absence, un voyant rouge s’allume dans la salle de repos pour prévenir qu’il est temps de regagner sa place. Comme la paie se calcule en partie au rendement, on passe ainsi huit heures par jour le nez sur son clavier, sans pouvoir se détendre. Le soir, j’ai les épaules et le dos rompus. Je sors de là hagarde, incapable de prononcer la moindre parole tant j’ai d’abord besoin de récupérer. »

                J’ai remarqué que les femmes souffrent tout particulièrement de ces atmosphères de brimade. Plus sérieuses, plus appliquées que les hommes dans leur métier, elles ne comprennent pas qu’on puisse constamment mettre en doute leur conscience professionnelle. Mais, d’un autre côté, étant souvent peu qualifiées, elles sont les premières victimes de l’automatisation des emplois de bureau ou de la déshumanisation du grand commerce. Enfin, les femmes ont l’habitude, chez elles, de faire vite et bien quantité de choses différentes et se sentent très capables de se comporter de la même façon dans leur travail. Mais la machine économique a été organisée par et pour les hommes, qui admettent souvent mieux que nous la dureté du monde du travail, et pratiquent beaucoup mieux que nous l’autoritarisme.

                                                Christiane COLLANGE, «  Je veux rentrer à la maison »

                                                   (Grasset, 1979) in livre de poche », n° 5403.PP.33-35

                Résumez ce texte de 430 mots au quart de son volume avec une marge de 10% en plus ou en moins.

    Expliquez les mots suivants :

    -          Foisonnent

    -          les premières victimes de la déshumanisation du grand commerce.

    Discussion

    Selon  Christiane COLLANGE : « L’univers du travail ressemble bien peu au Paradis. »

    A l’aide d’exemples précis, étayez ce point de vue dans une argumentation organisée.

     

    Sujet 3

    CONTRACTION DE TEXTE

    TEXTE :

                Si l’éducation, la science, la culture et l’information, qui relèvent de la compétence de l’UNESCO, sont au cœur de la problématique actuelle du monde, elle l’est encore davantage en Afrique. Aucun des défis auxquels le continent est confronté ne peut être relevé sans que soit prise en considération la dimension éducative, culturelle ou scientifique.

                Certes, dès l’indépendance, l’éducation a bénéficié partout en Afrique d’une grande priorité. De nombreuses écoles ont été ouvertes, les classes multipliées pour répondre à la présente demande sociale des cadres formés en nombre accru pour participer à l’effort de développement. Aujourd’hui encore, cependant, les taux de scolarisation demeurent faibles dans beaucoup de pays du continent. Et surtout, faute d’avoir reçu de nouvelles finalités l’éducation n’est pas un véritable instrument d’affirmation d’identité culturelle, ni le levier d’un développement endogène qui puiserait sa source dans les réalités nationales et mobiliserait chacun pour le bien-être de tous.

                Les structures sont très souvent restées identiques à celles de la période coloniale. Les programmes ont été peu modifiés. Dans la plupart des cas, les composantes de la culture nationale n’y ont guère leur place. L’accent n’est pas davantage mis sur les disciplines scientifiques et techniques dont la maîtrise est partout indispensable à l’effort de modernisation.

                En outre, l’école se détourne très fréquemment du milieu naturel et humain. Elle néglige certaines des valeurs fondamentales qui ont fait la force des sociétés africaines traditionnelles : le sentiment d’honneur, la fidélité à soi-même et à sa communauté, la solidarité communautaire, le sens des responsabilités, la dignité face à l’adversaire, etc.

                Elle suscite, sans le chercher, le mépris du travail manuel alors que traditionnellement la participation aux activités productrices était un élément fondamental du processus éducatif africain.

                L’école demeure si profondément fidèle à l’héritage colonial qu’on peut compter sur les doigts de la main les pays africains qui ont déployé des efforts sérieux pour que leurs langues nationales deviennent des langues d’enseignement moderne. L’idée selon laquelle les langues africaines sont inaptes à véhiculer la pensée scientifique et technique ne repose sur aucun fondement. La langue est vivante, comme la société dont elle est l’instrument et communication ; elle s’enrichit de toute l’expérience de cette société qui sait toujours trouver des concepts pour exprimer les pensées que sa culture intègre.

                Quelles sont les conséquences d’une école mal adaptée aux réalités nationales ? Les clivages se renforcent au sein de la polarisation et la polarisation, sociale s’accroît. L’analphabétisme progresse. Les masses profondes se trouvent ainsi privées de toute participation directe aux responsabilités modernes qui exigent la maitrise de la langue écrite, celle de l’administration, de même, elles ne peuvent accéder directement au savoir et au savoir-faire modernes, pourtant indispensables à l’amélioration de la productivité du travail.

                Le chômage des jeunes s’accroît. Ceux-ci se détournent, à la fin de leurs études, de toute activité productrice qui n’est pas liée au secteur moderne souvent saturé. L’inadaptation de l’école a également des effets sur les cadres nationaux.  Soit pace qu’ils n’ont pas acquis une expérience directe du milieu soit parce qu’ils sont aliénés au système qui les a formés, ils se réfèrent souvent plus, dans l’analyse des situations comme dans la recherche des solutions, aux sociétés industrielles qu’à celles qu’ils ont mission de servir.

                            Amadou Mahtar M’BOW, ex DIRECTEUR Général de L’UNESCO

    Résumé:résumez ce texte de 510 mots au quart de son volume initial avec une tolérance de 10% de mots en plus ou en moins.

    Questions de Vocabulaire (2pts)

    Expliquez  en Contexte :

    « Le levier d’un développement endogène. »

    « Les clivages se renforcent au sein de la population. »

    Discussion (10pts)

    Selon Amadou Mahtar M’BOW «  L’école se détourne fréquemment du milieu naturel et humain. »

                A l’aide d’exemples précis, étayez ce point de vue dans une argumentation organisée.

     

     

     

     

     

     

     

     

    LES MOTS LIENS ET LEURS RÔLES

     

    MOTS LIENS

    RÔLE

    En premier lieu, en deuxième en dernier lieu

    Premièrement, deuxièmement, finalement, enfin, avant toute chose, d’abord, ensuite, puis, d’une part…d’autre part.

     

    Ils proposent une énumération

    Aussi, d’autre part, également, de même, de plus, et, encore, en outre, ensuite, par ailleurs, quant à, de la même façon de façon identique…

    Ils développent l’idée (conjonction ou addition)

     

    Ainsi, c'est-à-dire, citons, notamment, par exemple, autrement dit, en d’autre terme, à savoir, soit, en réalité, …

    Ils précisent ou reformulent l’idée

    Non seulement…mais, en plus, à plus forte raison, d’autant plus,     d’autant mieux,…

    Ils renforcent l’idée

    Car, parce que, puisque, étant donné que, en considérant que, dès lors que, dès l’instant où,du moment que, étant entendu que, en effet, effectivement, vu que, comme, sous prétexte que,…

    Ils indiquent les causes ou apportent les preuves

    Donc ; par conséquent ; en conséquence ; c’est pourquoi ; aussi ; ainsi ; alors ; par suite ; dans ces conditions ; enfin ; partant ; si bien que ; de telle sorte que ;…

    Ils indiquent une conséquence.

    Pour ; afin que ; de peur que ; de façon que ; pour ; afin que ; de ;…

    Il indique le but à atteindre ou à éviter.

    Si ; même si ; quand ; quand bien même ; si donc ; or si ; en supposant que ; à condition que ; pourvu que ; à moins que ; pour peu que ; …

    Ils introduisent une condition

    Comme ; de même que ; aussi… que ; plus…que ; autant…que ; pareil à ; identique à…

    Ils proposent une équivalence ou une comparaison.

    Cependant ; mais ; malheureusement ; néanmoins ; en revanche ; pourtant ; toutefois ; toujours est-il que ; par contre ; à l’opposé ; au contraire ; contrairement ; nonobstant ; bien que ; quoique ; du reste ; tandis que ; quel que ; s’il est vrai que ; avoir beau…

    Ils changent l’idée (opposition et concession)

    Sauf ; excepté ; mis à part ;…

    Ils indiquent une restriction

    Ou ; ou bien ; soit…soit ; que…que ; tantôt…tantôt ; …

    Ils indiquent un choix, une alternative (relation de disjonction)

    Ainsi ; donc ; en bref ; bref ; en définitive ; en résumé ; finalement ; pour conclure ; en conclusion ; tout compte fait ; tout bien considéré ; au totale ; après tout ;…

    Ils introduisent une conclusion.

     

     

     

     

     

    LE COMMENTAIRE COMPOSÉ

                Le commentaire composé est une forme d'exercice qui suppose un double travail :

    -          D'une part, l'étude détaillée d'un texte littéraire sous le double aspect du sens et des formes d'écriture

    -          D'autre part, la construction d'un exposé écrit qui vise à restituer l'image essentielle que l'on peut retenir de ce texte en l'ayant au préalable décomposée en éléments plus simples par lesquels on commence l'exposé.

                Le commentaire composé suppose donc une capacité à comprendre le sens et les beautés d'un texte, mais aussi une capacité à construire un schéma de réflexion pour rendre compte de la lecture faite de ce texte.

     

    A.    COMMENT LIRE UN TEXTE EN VUE DE LE COMMENTER?

    Un texte littéraire suppose :

    -          Une typologie de texte qui exprime donc une forme d'écriture spécifique

    -          Une écriture à l'intérieur de cette typologie qui a pour fonction de suggérer un certain nombre de choses

    -          Un ensemble de sens

                Etudier un texte revient à comprendre qu'un auteur n'écrit pas par hasard ou que même si c'est le cas, notre décryptage d'un texte vient d'une manière d'appréhender la forme d'un texte. Il s'agit donc d'essayer de percevoir le réseau de construction d'un texte en utilisant ce que l'on a appris tout au long de sa scolarité en étudiant des textes de poésie, de romans, de théâtre...

                Pour cela l’étude du texte doit être assez technique. C’est pourquoi il est recommandé au candidat dans l’étude de s’intéresser de préférence :

    -          À la nature du texte ;

    -          Au ton du texte ;

    -          Aux outils de repérage.

     

    1.      La nature du texte

     

    Le texte peut être ;

    Narratif :Il racontece qui se passe dans le temps.

    Descriptif :Il s’efforce de produire une image que le lecteur (ou l’auditeur) ne voit pas, mais qu’il peut imaginer.

    Argumentatif :il cherche à convaincre, il fournit les preuves qui permettent à un avis de l’emporter ; il a une thèse à défendre, et il la défend à l’aide d’arguments. La préoccupation première d’intervenir contre une personne ou des idées : ce qui compte d’abord, ce n’est pas de persuader, c’est de vaincre.

    Explicatif : il analyse un phénomène ou une idée pour qu’il soit bien compris. La fonction didactique en fait partie : là aussi on explique, mais avec l’intention supplémentaire de faire retenir ce qui est expliqué, de transmettre un savoir.

    Injonctif : Il propose une action (textes d’engagement moral, social, mais aussi tout les textes transmettant une consigne (recette de cuisine, notice de montage…) sous la forme d’une suite ordonnée d’actions à réaliser.

    Poétique :Dans ce type de texte le poète exprime sa sensibilité, suggère des sensations et cherche à susciter des émotions chez le lecteur ou l’auditeur.

     

    2.      Le ton du texte

                Le ton est l’ensemble des caractéristiques qui induisent un certain effet affectif chez le lecteur. On distingue au niveau des tons : 

    Le ton comiquequi provoque l’amusement ou le rire.

    Le ton pathétique qui suscite l’attendrissement (évocation de la souffrance, des luttes humaine).

    Le ton lyriquequi permet au lecteur de se sentir en communion avec l’auteur (exaltation, méditation).

    Le ton épiquequi permet de faire en sorte que les êtres et les événements prennent nue dimension qui les dépasse eux-mêmes.

     

    3.      Les outils et instruments de repérage

                Tout texte présente des caractéristiques qui permettent à l’auteur d’atteindre l’objectif visé par la fonction du texte.

    Cette fonction est liée à la nature même du texte. C’est cette même fonction du texte qui permet au lecteur de dégager, à partir d’un intérêt quelconque choisi ou proposé, une méthode d’approche du texte. Les caractéristiques qui permettent à un une analyse d’être fiable sont les suivante :

    Les caractéristiques d’organisation : présentation matérielle des textes

    Les caractéristiques lexicales :choix du vocabulaire, le champ lexical, le niveau de langue, le vocabulaire appréciatif et dépréciatif, la connotation, etc.

    Les caractéristiques grammaticales :construction syntaxique et sen du texte

    Les caractéristiques d’ordre rythmique :dans tout texte et surtout en poésie, c’est le rythme qui donne de puissance à ce qui est dit.

                L’utilisation des outils et instruments de repérage

                La lecture méthodique nous aide à bien utiliser ces outils et instruments de repérage. Puisque celle-ci nous montre à travers l’étude synthétique du texte à partir des axes de lecture.

     

    B.     ELABORATION DU PLAN DES DIFFERENTES PARTIES DU  COMMENTAIRE

     

    1.      Le plan de l'introduction

                On présente le texte : il faut rattacher la présentation du texte à la problématique générale qui est étudiée dans le commentaire. Idéalement, on évite les formules du type « Ce texte... », « Cet extrait... », « Maupassant... », etc. Doncil s'agit d'éviter les formules banales, les lieux communs. En fait, il faut s'adresser à quelqu'un qui ne connaît pas le texte.

                On situe le texte : il faut rattacher la situation du texte à la problématique générale de l'étude ; il s'agit d'envisager le texte dans la logique de la problématique.

                On exprime les axes de lecture : c'est un moment très important de l'introduction. On explique au lecteur le sujet du commentaire. Idéalement, il faut éviter les formules plates du type « Nous nous intéresserons à... », etc.

                On annonce le plan habilement : l'annonce du plan doit découler logiquement de l'hypothèse de lecture.

    2.      Le plan du développement

     

                                  Il faut respecter un ordre dans les différentes parties du commentaire.

    Les transitions servent à assurer la cohérence entre les différentes parties. Beaucoup considèrent qu'il est préférable de faire trois parties et trois sous-parties pour chaque partie.

    Si on l'utilise, il faut maîtriser parfaitement la terminologie de l'analyse littéraire.

    Il faut analyser de manière approfondie le texte : on ne fait pas de remarques stylistiques sans analyse. Il faut aussi garder à l'esprit que le récit est un projet : l'auteur du texte veut produire un certain effet chez le lecteur pour créer une réaction particulière dans la suite du récit.

    Dans le développement, on expose des thèses et des arguments : le commentaire composé est aussi est aussi une argumentation. Il s'agit de partager des interprétations du texte.

     

    3.      Le plan de la conclusion

     

                Il s'agit de dresser un bilan des propos et d'exprimer clairement les conclusions auxquelles on est parvenu dans le développement du commentaire.

                Généralement, on propose une « ouverture » (c'est-à-dire un élargissement) vers d'autres textes, vers des prolongements du thème du texte dans d'autres arts ou à d'autres époques. Il est nécessaire qu'il y ait un lien réel avec le texte étudié dans vos remarques.

     

    C.    LA RÉDACTION DU COMMENTAIRE COMPOSÉ

                La structure du commentaire :le commentaire composé obéit à une série de règles qui codifient sa présentation et sa rédaction. Le commentaire commence par un paragraphe d'introduction. On saute une ligne après l'introduction pour la séparer du développement. Les différentes parties du commentaire littéraire sont elles aussi séparées par un saut de ligne. Chaque partie du commentaire comporte plusieurs paragraphes, lesquels sont marqués par un alinéa. Avant la conclusion, on saute également une ligne.

                Le problème de la construction du devoir se pose car ce dernier n'est pas que la simple transcription des remarques que l'on peut faire sur un texte.

                En fait le devoir vise, à partir de l'analyse préalable du texte, à en proposer une vision structurée et cohérente. C'est la raison pour laquelle on propose d'étudier le texte selon des angles qui semblent a priori différents, mais qui s'appuient les uns sur les autres pour révéler finalement une vision d'ensemble suffisamment profonde.

                Dès lors, le schéma de progression que l'on peut proposer peut consister à partir de l'observation d'un phénomène fort apparent, ou encore appartenant au domaine du concret, pour glisser peu à peu vers le moins évident, le plus caché, et donc vers ce qui est généralement du domaine du sens, de l'abstrait.

                Sans que ce soit aucunement une loi, on peut considérer en effet qu'un texte littéraire s'appuie souvent sur des éléments compréhensibles pour tous pour peu à peu amener le lecteur à percevoir des données plus difficiles, soit parce qu'elles sont plus personnelles à l'auteur, soit parce qu'elles sont plus abstraites ou plus complexes. L'avantage aussi de cette forme de progression dans le devoir, est qu'elle propose une révélation du texte progressive qui entretient peut-être l'intérêt du lecteur.

    Pour citer le texte il faut utiliser des guillemets.

     

    EXERCICES – TEXTES

    Texte 1

    Le rêve d’une jeune fille

                 Le village ne lui disait plus rien, l’amour et la protection de sa mère la laissaient indifférente ; une seule idée, un seul rêve, emplissait sa jeune tête : répondre à l’invitation de Rihana, aller à Dakar. Son imagination, attisée par une sensibilité inquiète, lui représentait ce pays comme un séjour incomparable. Elle se rappelait trop les lettres de Rihana et l’invitation qu’elle ne cessait de répéter : « laisse Maïmouna venir auprès de moi, je pourrai mieux m’occuper d’elle… »

                Que faisait-elle en ce village mi-barbare ? Déjà elle ne comprenait plus ses petites camarades d’hier : elles avaient toutes sensiblement grandi, elles avaient chacune des instincts bizarres et des habitudes qu’elle réprouvait. Maïmouna, petite orgueilleuse, sentait confusément qu’elle pouvait devenir plus qu’une humble fille de la brousse, stupide, sans beauté et sans avenir. Elle aimait bien sa mère, mais celle-ci la laissait trop seule, occupée toute la journée à sa besogne de marchande. Elle s’ennuyait trop, n’arrivait pas à employer son temps utilement. N’y avait-il, pour les femmes que cette cuisine réduite à sa plus simple expression- un plat le matin, un plat le soir- et qu’elle, Maïmouna, réussissait à bâcler en une demi-heure ? Sans doute il existait d’autres activités auxquelles elle n’avait pas été invitée : couture, lavage, repassage, soins du ménage ; et même dans l’art culinaire de son milieu il y avait bon nombre de secrets à connaître qu’elle ignorait, parce que chez elle on vivait pauvrement, trop pauvrement.

                Elle songeait déjà que le jour où elle aurait un mari socialement aussi haut placé que l’époux de sa sœur Rihana, ce manque d’éducation la mettrait bien au dessous de sa condition nouvelle. Car elle rêvait d’épousailles à cet âge où l’aurore de la vie réelle et tragique emplit les yeux des adolescentes et les fait frissonner de douceurs entrevues.

    Abdoulaye SADJI, Maïmouna chap. IV,  Présence africaine

                Vous ferez un commentaire composé de ce texte. Vous pourriez par exemple montrer comment Abdoulaye SADJI a su, grâce à la finesse de son analyse, intéresser le lecteur au caractère et au comportement de Maïmouna. 

     

    Texte 2

    Spleen

    Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle

    Sur l'esprit gémissant en proie aux longs ennuis,

    Et que de l'horizon embrassant tout le cercle

    Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits;

     

    Quand la terre est changée en un cachot humide,

    Où l'Espérance, comme une chauve-souris,

    S'en va battant les murs de son aile timide

    Et se cognant la tête à des plafonds pourris;

     

    Quand la pluie étalant ses immenses traînées

    D'une vaste prison imite les barreaux,

    Et qu'un peuple muet d'infâmes araignées

    Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

     

    Des cloches tout à coup sautent avec furie

    Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,

    Ainsi que des esprits errants et sans patrie

    Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

     

    -Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,

    Défilent lentement dans mon âme; l'Espoir,

    Vaincu, pleure, et l'Angoisse atroce, despotique,

    Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

      Baudelaire, Les Fleurs du Mal (Spleen et Idéal, LXII)

                Vous ferez un commentaire composé de ce poème. Sans dissocier la forme et le fond vous pourriez par exemple montrer comment le poète défini l’originalité de son inspiration et de son art.

    Texte 3

    Champ d’honneur

    (MUSOKELET)

     

    ‘’ Sira est tombé

                         Hier

                            Sur le champ d’honneur des femmes’’ !

     

    Comprenez que Sira

                   Est morte hier

                           En couche !

     

    On a tiré de ses chairs endormies

             Une petite fille

                       Au visage merveilleux

     

    Mes yeux croisent son regard

                De douceur

                        Et ma peine pour Sira

                           Se fait plus profonde !

     

    « Tombée sur le champ d’honneur

                          Des femmes »

                     C’était à l’hôpital

                            De la ville, hier

     

    Tous les médecins étaient là !

                   Et SIRA s’en est allée

                           Avec dans les yeux

     

    Un regard de reproche

    Et de supplique

     Qui me hante l’esprit

     Et le cœur !

    Bernadette DAO, Quote-partet symphonie, 1992

                Vous ferez de ce texte un commentaire composé. Vous pourriez par exemple montrer comment l’auteur, par le jeu des oppositions et les images, exprime sa douleur et son désarroi face à la mort de SIRA.                 

     

     

     

     

     Texte 4

     J’ai rêvé

    Une île dans l’océan de l’espoir

    Où l’arche de Noé      

    Où les survivants d’une longue et pénible lutte

    Où mes rêves viennent échoués

    Une île nette et pure

    Où les hommes sont des humains

    Et les Noirs des hommes

    Où le noir, le rouge, le blanc

    S’épousent comme au crépuscule

    Où il n’ya ni héritier ni déshérité

    Une île au large de l’espoir

    Où l’on chante au lieu de se plaindre

    Où l’on danse au lieu de guerroyer

    Où l’on rit au lieu de pleurer

    Une île idéale de l’espoir

     

    Où les cliquetis des cadenas

    Ne sont plus que langue de l’eau sur les rochers

    Où les grincements des chaînes que l’on traîne

    Ne sont plus que murmure du vent dans les bambous

    Une île meilleure que celle des caraïbes

    Où l’on ne parle ni des servitudes ni de la liberté

    Où l’on ne parle ni arabe ni lingala ni swahili

    Où l’homme est maître

    Où le temps n’est plus que ce quelque chose

    Qui nous glisse des mains

    J’ai rêvé dans l’océan de l’espoir

    Une île meilleure que celle des caraïbes

    Une île nette et pure

    Comme le premier regard d’un enfant

    J’ai rêvé de cette île

                                                                                                                  Maxime N’DEBEKA

                Vous  ferez  de ce  poème  un  commentaire composé en utilisant  les éléments psychanalytiques, les outils  théoriques  du  psychanalyse pour  expliquer le  fonctionnement du  texte selon  son esthétique  et son  sens.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LES FIGURES DE STYLE

     

    Introduction

                Larhétorique est à la fois la science (au sens d'étude structurée) et l'art (au sens de pratique reposant sur un savoir éprouvé) qui se rapporte à l'action du discours sur les esprits.

                Parprincipe, la rhétorique s'occupe de l'oral, mais il est évident qu'elle s'est très tôt intéressée aussi au discours écrit, dans la mesure où celui-ci est, de manière plus ou moins étroite, une transcription ou une mimésis de l'oral.

    Bref, dans une acception générale la rhétorique est l'art de bien parler. De façon plus précise, c'est l'ensemble des moyens d'expression propres à persuader ou à émouvoir.

                Les figures de rhétoriquesont des procédés spécifiques utilisés pour convaincre, séduire, impressionner, transmettre une vision du monde.

                Cesfigures ont été classées suivant leur construction et suivant l'effet qu'elles visent à atteindre. Ainsi, un classement courant les répartit en : figures de l'analogie, de la substitution, de l'opposition, de l'amplification, de l'atténuation et de la construction.

     

    1.      LES FIGURES DE L'ANALOGIE

     

    La comparaison

                Elle établit un rapprochement entre deux termes (le comparé et le comparant), à partir d'un élément qui leur est commun.

    Trois éléments sont nécessaires dans l'énoncé: le comparé, l'outil (ou terme) de comparaison et le comparant. Cependant, on peut y ajouter le point commun :

    — Le comparé qui est la réalité.

    — Le comparant; l'élément qui fait image.

    L'outil de comparaison (comme, pareil à, tel que, ressembler à, plus... que, etc.)
    Exemple : La lampe brille comme une étoile.

    La métaphore

                Elle établit une assimilation entre deux termes. Une métaphore peut être annoncée, directe ou filée :

                Dans la métaphore annoncée, le comparé et le comparant sont rassemblés dans un même énoncé sans terme de comparaison.

    Exemple : Un gros serpent de fumée noire. (Guy de Maupassant)

    Dans la métaphore directe, seul le comparant est exprimé.

    Exemple :Une étoile brille derrière une vitre.

    La métaphore filéeest une suite de métaphores sur le même thème.

    Exemple :

    Quel démon a doté la mer, rauque chanteuse

    Qu'accompagne l'immense orgue des vents grondeurs,

    De cette fonction sublime de berceuse?(Charles Baudelaire)

                Comme la comparaison, la métaphore a une valeur d'illustration. La correspondance qu'elle établit entre deux objets, deux sensations, deux idées va jusqu'à l'identité. La métaphore du « serpent » précise la forme de la fumée. Mais, bien plus, la fumée devient serpent, ce qui lui donne une connotation inquiétante. La métaphore est une métamorphose.

     

    Les clichéssont des métaphores passées dans le langage courant.

    Exemple :Être à cheval sur les principes.

    L'allégorie

                Elle représente de façon imagée (par des éléments descriptifs ou narratifs) les divers aspects d'une idée, qu'elle rend moins abstraite.

    Exemple : L'Angleterre est un vaisseau. Notre île en a la forme: la proue tournée au Nord, elle est comme à l'ancre au milieu des mers, surveillant le continent. (Alfred de Vigny)

    Dans cet extrait de Chatterton, la domination de l'Angleterre sur les mers est rendue sensible par l'allégorie du vaisseau.

    La personnification

                Elle représente une chose ou une idée sous les traits d'une personne.

    Exemple :Vivez, froide Nature, et revivez sans cesse. (Alfred de Vigny).

    La personnification de la nature accentue sa dureté envers l'homme faible et éphémère.

     

    2.      LES FIGURES DE LA SUBSTITUTION

     

                Ce sont des figures qui comportent deux termes qui peuvent se substituer l'un à l'autre.

    La métonymie

                On ne nomme pas l'être ou l'objet mais on utilise un autre nom qui lui est proche parce qu'il s'agit de son contenant, sa cause... Les deux termes y entretiennent des relations de proximité:

    ·         contenant / contenu:

    Exemple :C'est un émissaire du Vatican = un émissaire du pape.

    ·         Effet / cause:

    Exemple :Socrate a bu la mort = le verre de poison qui le fera mourir.

    ·         origine / objet:

    Exemple :Fumer des havanes = des cigares qui viennent de La Havane.

    ·         Instrument / utilisation:

    Exemple :C'est une bonne raquette= un bon joueur de tennis.

    ·         Symbole / réalité:

    Exemple :C'est l'alliance de la faucille et du marteau = des paysans et des ouvriers.

                C'est un procédé de symbolisation qui permet une concentration de l'énoncé.

    ·         contenant / contenu:

    Exemple :C'est un émissaire du Vatican = un émissaire du pape.

    ·         Effet / cause:

    Exemple :Socrate a bu la mort = le verre de poison qui le fera mourir.

    ·         origine / objet:

    Exemple :Fumer des havanes = des cigares qui viennent de La Havane.

    ·         instrument / utilisation:

    Exemple :C'est une bonne raquette= un bon joueur de tennis.

    ·         symbole / réalité:

    Exemple :C'est l'alliance de la faucille et du marteau = des paysans et des ouvriers.

                C'est un procédé de symbolisation qui permet une concentration de l'énoncé.

    La synecdoque

                Figure proche de la métonymie: les mots y sont liés par une relation d'inclusion (la partie pour le tout, la matière pour l'objet):

    Exemples : Voici venir la saison des roses pour désigner l'été.

    Les voiles au loin descendent vers Harfleur. (Victor Hugo) [voiles = navires]

     La périphrase

                Elle consiste en ce que l'on désigne des objets non par leur dénomination habituelle, mais par un tour plus compliqué, généralement plus noble, présentant l'objet sous une qualité particulière. C'est tout l'environnement culturel qui fait traduire.

                Elle explicite le contenu d'un terme, attire l'attention sur une qualité du terme remplacé.
    Exemple : Le pays des Cèdres (pour parler du Liban). Le roi de son cœur (pour dire que c'est son amant).

    L'antonomase

                L'antonomase est une variété de métonymie-synecdoque. Le cas le plus simple apparaît dans des phrases comme Napoléon est le stratège, ou X est vraiment pour nous le poète; ce qui veut dire « le type même ou le plus grand » des stratèges ou des poètes. Il y a à la fois sélection de l'attribut essentiel et choix de la valeur d'excellence d'un individu parmi tous ceux de la série.

     

    3.      LES FIGURES DE L'OPPOSITION

     

                Ce sont l'antithèse, le chiasme, l'antiphrase, l'oxymore.

    L'antithèse

                Elle oppose très fortement deux termes ou deux ensembles de termes.
    Exemple : Un noble, s'il vit chez lui dans sa province, il vit libre mais sans appui; s'il vit à la cour, il est protégé mais il est esclave. (Jean de La Bruyère)

                L'antithèse oppose vigoureusement la vie du noble en province et sa vie à la cour.

    L'antiphrase

                Elle exprime une idée par son contraire dans une intention ironique.

    ExempleQuel courage ! (peut en fait dénoncer la lâcheté de quelqu'un).

    L'oxymore

                C'est la réunion surprenante dans une même expression de deux termes contradictoires. L'oxymore sert de support éventuel à l'antithèse.

    Exemple :Cette obscure clarté qui tombe des étoiles (Corneille)

    Il y a bien sûr contradiction entre les valeurs sémantiques essentielles d'obscur et de clarté.

    Le chiasme

                Le chiasme joue sur au minimum quatre termes. Ces termes d'une double formulation y sont inversés AB / B'A'.

    Exemple

     

    Et ce champ me faisait un effet singulier ;

    Des cadavres dessous et dessus des fantômes ;

    Quelques hameaux flambaient: au loin brûlaient les chaumes.(Victor Hugo)

    4.      LES FIGURES DE L'AMPLIFICATION

     

                Ce sont l'hyperbole, l'anaphore, la gradation, la répétition, l'accumulation et la paronomase.

    L'hyperbole

                Elle amplifie les termes d'un énoncé afin de mettre en valeur un objet ou une idée. Elle procède donc de l'exagération et de l'emphase. On la trouve souvent dans des textes épiques.
    Exemple : Dans des ruisseaux de sang Troie ardente plongée. (Jean Racine)

                L'image hyperbolique donne une dimension épique aux horreurs de la guerre.

    L'anaphore

                Procédé d'amplification rythmique. Elle consiste à reprendre plusieurs fois le même mot en tête de vers successifs ou de phrases.

    Exemple :

    Il n'y a pas d'amour qui ne soit à douleur

    Il n'y a pas d'amour dont on ne soit meurtri

    Il n'y a pas d'amour dont on ne soit flétri. (Louis Aragon)

                L'anaphore amplifie dans ces vers le sentiment tragique de l'amour déchiré.

    La gradation

                Elle ordonne les termes d'un énoncé selon une progression croissante ou décroissante.
    Exemple : Ainsi, de son nez que Cyrano décrit en ces termes :

    C'est un roc, c'est un pic, c'est un cap.

    Qui dis-je c'est un cap, c'est une péninsule. (Edmond Rostand)

    La répétition

    On répète plusieurs fois le même mot.

    Exemple :

    Oh! Cèdres du Liban, cèdres de nos délires,

    Cèdres de notre extase et de notre fierté. (Charles Corm).

    L'accumulation

                On fait succéder plusieurs termes soit pour approfondir la pensée, soit pour l'enrichir ou l'agrandir.

    Exemple : Devant eux, sur de petites tables carrées ou rondes, des verres contenaient des liquides rouges, jaunes, verts, bruns, de toutes les nuances. (Bel Ami, Guy de Maupassant).

    La paronomase

                Elle consiste à employer dans le même segment des termes (deux au moins) de sens différents et de parenté phonique, de manière à créer un effet assez saisissant.

    Exemple :Pâlesmembres de perle, et ces cheveux soyeux. (Paul Valéry)

                Entre pâles et perle, on a plus le sentiment de l'identité que celui de la différence, ce qui aboutit à y ressortir une sorte de répétition.

     

    5.      LES FIGURES DE L'ATTÉNUATION

     

                Ce sont la litote et l'euphémisme.

    La litote

                C'est une figure qui exprime le plus de sens en disant le moins de mot, souvent à la forme négative.

    Exemple :Va, je ne te hais pointainsi dit Chimène dans Le Cid (Pierre Corneille) à Rodrigue pour donner à entendre qu'elle l'aime envers et contre tout.

                La litote permet implicitement d'exprimer beaucoup plus qu'il n'est dit.

    L'euphémisme

                Il atténue l'expression d'une idée ou d'un sentiment, souvent pour en voiler le caractère déplaisant.
    Exemple : On dira « rendre le dernier soupir » pour éviter le mot mourir.

     

    6.       LES FIGURES DE LA CONSTRUCTION

     

                Ce sont le parallélisme, l'ellipse, l'anacoluthe, l'asyndète et l'interrogation oratoire.

    Le parallélisme

                On utilise une syntaxe semblable pour deux énoncés pour rythmer la phrase ou pour orner le discours. Le parallélisme peut être rapproché de la comparaison car on compare, généralement, deux objets en les approchant l'un de l'autre pour mieux faire sentir leur valeur relative, leurs rapports, leurs oppositions...

    Exemple :Que la vie est belle ! Que la nature est tendre !

    L'ellipse

                Ce mot signifie « omission ». On supprime des termes qui cependant peuvent se deviner.
    Exemple : je t'aimais inconstant, qu'aurais-je fait fidèle ? (Jean Racine). [...qu'aurais-je fait si tu avais été fidèle ?]

    L'anacoluthe

                On provoque un écart par rapport à la syntaxe courante.

    Exemple :

    Exilé sur le sol au milieu des huées,

    Ses ailes de géant l'empêchent de marcher. (Charles Baudelaire)

    L'asyndète

                Elle consiste en une absence systématique d'outils de liaison (conjonctions ou adverbes) entre les groupes ou entre les propositions (ou même entre les phrases).

    Exemple :Le jour tombait. La terre devenait grisâtre. J'attendais, l'œil fixé sur la ligne des arbres où l'un des deux chemins conduisait tout droit. J'étais inquiet. (Henri Bosco)

    L'interrogation oratoire (ou rhétorique)

                L'interrogation, comme procédure oratoire, est une figure de rhétorique qui ressort du pathétique. On peut s'en servir pour exprimer toutes les passions vives, pour presser, convaincre, réduire et confondre l'adversaire.

    Exemple :Achille parle à Agamemnon pour Iphigénie qui lui a été promise :

    Juste Ciel ! Puis-je entendre et souffrir ce langage ?

    [...]

    Qu'ai-je à me plaindre ? Où les pertes que j'ai faites ?

    Je n'y vais que pour vous, barbare que vous êtes. (Jean Racine, Iphigénie)

    TABLEAU DES PRINCIPAUX REGISTRES LITTÉRAIRES

    REGISTRE

    DÉFINITION ET FONCTIONS

    CARACTÉRISTIQUES

     

     

     

     

     

     

     

    EPIQUE

    Le registre épique est caractéristique de l’épopée, mais on le trouve également dans les romans, dans les textes de théâtre et dans les récits historiques (par exemple, le récit d’une bataille).
    Ce registre cherche à provoquer l’admiration et l’enthousiasme du lecteur, en louant les exploits d’un ou plusieurs héros.

    ·         Enchaînement d’actions

    ·         Emploi du pluriel et de termes collectifs

    ·         Procédés de l’amplification et de l’emphase : énumérations, accumulations, gradations, hyperboles, superlatifs, adverbes d’intensité

    ·         Phrases longues, verbes de mouvement

    ·         Métaphores et comparaisons, symboles, personnifications, anaphores

    ·         Référence aux éléments naturels

    ·         Champ lexical du combat

    Peut faire appel au merveilleux

     

     

     

     

     

     

     

    TRAGIQUE

    Le registre tragique est caractéristique de la tragédie classiqueet du théâtre du XXe siècle. On peut également trouver du tragique dans certains romans (par exemple chez Malraux, Camus, etc.)
    Un texte tragique émeut le lecteur car il présente des situations sans issue : les personnages, tourmentés par de fortes passions ou par un dilemme, ne peuvent éviter un dénouement malheureux (la mort ou la folie).
    C’est un registre qui inspire l’effroi (devant la puissance du destin) et la pitié.

    ·         Registre de languesoutenu

    ·         Interrogations et exclamations, ponctuation affective

    ·         Métaphores et comparaisons, figures d’opposition (antithèses, chiasmes) et d’amplification

    Champ lexical du destin, de l’impuissance, de la souffrance, de la faute, de la mort

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    COMIQUE

    Très fréquent au théâtre, le registre comique se retrouve dans tous les genres littéraires.
    Le registre comique peut avoir plusieurs fonctions :
    - il vise à faire rire et à divertir,
    - il peut dédramatiser une situation angoissante,
    - il peut également avoir une fonction critique efficace, en mettant en évidence les défauts des hommes, de la société, d’un comportement pour les corriger (→ castigat ridendo mores).

    • Registre satirique : un texte satirique critique, en s’en moquant, les défauts d’un individu (ou d’un groupe d’individus), d’un comportement, etc.

    • Registre parodique : la parodie est une imitation satirique (d’un texte sérieux, du style d’un auteur) dont le but est de faire rire.

    • Registre burlesque : le burlesque repose sur un contraste entre le style et le sujet traité (traiter un sujet sérieux en style vulgaire, et vice versa).

    ·         Jeux de mots (polysémie)

    ·         Jeux sur les niveaux de langue

    ·         Jeux sur les sons

    ·         Répétitions, accumulations

    ·         Humour

     

     

     

     

     

     

     

    IRONIQUE

    L’ironie fait entendre le contraire de ce que l’on dit, dans le but de faire rire de quelque chose ou de quelqu’un (→ moquerie) ou encore dans un but critique ou polémique.

    Le registre lyrique est l’expression des états d’âme et des émotions : plainte, regret, nostalgie, joie, etc.
    Ce registre est très fréquent en poésie (→ poésie romantique), mais on le retrouve aussi au théâtre ou dans le roman.

    ·         Ironie

    ·         Caricature

    ·         Quiproquos

    ·         Hyperboles, exagérations

    ·         Figures d’opposition (notamment l’antiphrase)

    ·         Exagérations ou atténuations inattendues

     

     

     

     

     

     

    LYRIQUE

    Le registre lyrique cherche à émouvoir le lecteur.

    • Registre élégiaque : un texte élégiaque est un texte lyrique qui exprime la mélancolie et dont le thème est souvent le malheur en amour ou la mort.

    ·         Champ lexical des émotions et des sentiments

    ·         Ponctuation forte

    ·         Pronoms personnels de la première personne (→ fonction expressive du langage)

    ·         Métaphores et comparaisons, hyperboles, antithèses, apostrophes, etc.

    ·         Travail sur le rythme

    ·         Lyrisme

     

     

     

     

     

    PATHÉTIQUE

    Ce registre est fréquent dans le roman et la poésie, mais aussi au théâtre.
    Le registre pathétique inspire au lecteur des émotions tristes et fortes devant une situation inhumaine (→ compassion).

    ·         Champ lexical de l’affectivité, de la souffrance, du désespoir voire de la mort

    ·         Phrases exclamatives et interrogatives, interjections

    ·         Figures d’amplification (hyperboles), métaphores, comparaisons

     

     

     

     

    DRAMATIQUE

    L’adjectif « dramatique » se rapporte à l’action d’une pièce de théâtre.
    Au théâtre comme dans le récit, on parle de registre dramatique pour un texte où se succèdent les péripéties.
    Ce registre maintient le spectateur ou le lecteur dans un état d’attente (→ suspense).

    ·         Ellipses narratives

    ·         Narration rapide, événements inattendus (rebondissements, coups de théâtre)

    ·         Verbes d’action

    ·         Phrases exclamatives et interrogatives

    Champ lexical de l’émotion forte

     

     

     

    LA VERSIFICATION

     

                La versificationest l'ensemble des règles et des techniques concernant l'écriture du poème. Vers le milieu du XIXe siècle, les poètes se sont affranchis de ces règles et ont créé leurs propres normes poétiques.

                Dans le langage ordinaire, les sons des mots sont secondaires: c'est leur sens qui compte. Les poètes, eux, travaillent les sonorités pour qu'elles contribuent à la création du sens et à la musique des vers.

     

    I- L'ÉTUDE DES VERS ET DES STROPHES

    A.    La mesure des vers

     

                Pour mesurer un vers, il faut compter les syllabes prononcées (ou mètre) :
    Exemple : C'était l'heure tranquille où les lions vont boire. (Victor Hugo)

    C'é /tait /l'heu /re /tran /qui/ lle /où /les /li /ons /vont /boire.

    Cependant, il faut tenir compte de trois particularités comme la règle du «e» muet, La synérèse, la diérèse.

    1.      La règle du - e - muet

                À l'intérieur d'un vers, on compte la syllabe qui se termine par un « e » muet si la syllabe suivante commence par une consonne, on ne la compte pas si la syllabe suivante commence par une voyelle. À la fin d'un vers, on ne compte jamais le « e » muet.

    2.      La diérèse

                Deux sons habituellement prononcés groupés doivent parfois se prononcer séparément, en deux syllabes: c'est la diérèse qui, en ralentissant la prononciation du mot, l'adoucit.
    Exemple : million ð|mi | lli | on|, nationð|na | ti | on|

    3.      La synérèse

                Deux sons habituellement prononcés séparément doivent parfois se prononcer en une syllabe : c'est la synérèse, qui abrège le mot, le durcit.

    Exemple :lion ð|lion|

                B. Les différents types de vers

                La désignation de la plupart des vers provient du décompte des syllabes: monomètre (vers d'une syllabe), dissyllabe (vers de deux syllabes), trisyllabe (vers de trois syllabes), quadrisyllabe (vers de quatre syllabes), pentamètre (vers de cinq syllabes), hexamètre (vers de six syllabes), heptamètre (vers de sept syllabes), octomètre (vers de huit syllabes), éméasyllabe ( vers de neuf syllabes), décasyllabe (vers de dix syllabes), hendécasyllabe (vers de onze syllabe), alexandrins (vers de douze syllabes)

    Les vers ont le plus souvent un mètre pair (les plus fréquents ont douze, dix, huit syllabes)

    ·         Le vers de douze syllabes, l'alexandrin.C'est le plus long vers régulier. Il peut donner du calme ou de la majesté au sujet traité.

    ·         Le vers de dix syllabes, le décasyllabe.C'est le vers le plus couramment employé. C'est un alerte, léger, qui convient surtout à des poèmes courts.

    ·         Le vers de huit syllabes, l'octosyllabe.On l'emploie encore aujourd'hui pour la poésie légère, pour les chansonnettes.

    ·         Les vers de six, quatre, deux syllabes s'emploient rarement en série continue. Ces vers très courts sont utilisés pour contraster avec des vers plus longs et créer ainsi un effet de surprise, de brièveté. Dans tous les autres cas, on parle de vers impairs.

                C. Du vers à la strophe

                La strophe est l'ensemble constitué par un nombre de vers limité, avec une disposition fixe des rimes (voir ci-dessous) et des mètres, et, qui peut se reproduire indéfiniment.
    La strophe comprend en général de quatre à quatorze vers. En principe, le poète choisit librement le schéma de la première strophe qu'il est tenu de respecter dans la suite du poème.

    Les principales strophes

    Nom du vers

    Nombres de vers

    Le distique

    2 vers

    Le tercet

    3 vers

    Le quatrain

    4 vers

    Le quintil

    5 vers

    Le sizain

    6 vers

    Le septain

    7 vers

    Le huitain

    8 vers

    Le dizain

    10 vers

     

                II. LES SONORITÉS ET LE RYTHME DANS LE POÈME

                A. La rime

                1.Définition de la rime

     

                Homophonie (identité des sons) de la dernière voyelle accentuée du vers, ainsi que des phonèmes qui, éventuellement la suivent.

                Elle est en elle-même une sorte particulière d'accent, en tant qu'elle est constituée de sons remarqués ou remarquables : elle est un accent phonétique. C'est-à-dire que la rime ne saurait se contenter de sonorités banales et qui passent inaperçues, sans trahir sa mission qui est de se faire entendre, de ponctuer le vers soit en frappant soit en charmant l'oreille.

     

                2.Qualité de la rime

    ·         Rimes pauvres :elles sont constituées d'un seul phonème commun (un seul son-voyelle) comme dans matin et chemin , pas et plats...

    ·          Rimes suffisantes :elles sont constituées de deux phonèmes (deux sons) communs comme dans brève et sève / ville et agile...

    ·         Rimes riches :elles sont constituées de trois phonèmes (trois sons) et plus comme dans image et hommage / patin et matin...

     

                3. Le genre des rimes et leur alternance


                On appelle rime féminine celle qui se termine par un -e- (joue, loue), même si après le -e- figure dans une marque du pluriel : s, nt (tues, ignorent). On appelle rime masculine toutes les autres rimes (doux, vous).

                La versification classique impose la règle de l'alternance des rimes féminines et masculines. Les poètes modernes préfèrent faire alterner les rimes vocaliques (joue, nous) et les rimes consonantiques (goutte, route).

     

                4.La disposition des rimes

                Elle est déterminée par leur succession. Plusieurs combinaisons sont possibles.

     

    Caractéristique

    Rimes plates ou suivies

    A A B B

    Rimes croisées

    A B A B

    Rimes embrassées

    A B B A

     

     

     

     

                B.ALLITÉRATION ET ASSONANCES

                1.L’allitération

                L'allitérationest la répétition du même son-consonne. Son rôle essentiel est de rythmer le vers, de constituer une trame sonore du poème. Elle peut créer une harmonie imitative: elle évoque alors le bruit que ferait ce dont le poème parle. Elle peut aussi suggérer une impression: c'est l'harmonie suggestive. Elle peut enfin produire un effet humoristique. L'allitération sert d'abord à mettre en évidence une unité de sons.
    Exemple : Enfin avec le flux nous fait voir trente voile (Pierre Corneille). L'allitération en « f » et en « v » exprime le bruit des bateaux sur l'eau.

     2. L’assonance

                L'assonanceest la répétition du même son-voyelle. Elle instaure des échos entre les mots et, par là-même, installe des correspondances de sens entre eux. Combinée à l'allitération, elle crée une musique des vers et met en évidence une unité de sons.
    Exemple : Les âmes du Liban sont une symphonie (Charles Corm). Les voyelles nasales « an, on, ym » évoquent une musique éclatante.

    C. LE RYTHME DANS LE POEME

                À l'origine, la poésie était toujours accompagnée de musique. Les vers ont conservé ensuite le rythme, donné par le jeu de l'accent, la coupe, l'enjambement, le rejet et le contre-rejet.

                1. L'accent

    C'est l'augmentation de l'intensité de la voix sur une syllabe. En français, il porte sur la dernière syllabe non muette d'un mot long ou d'un groupe de mots courts. Par ailleurs, dans un groupe nominal ou verbal, le mot le plus important porte un accent de coupe. Le nombre et la place des accents sont déterminants pour le rythme. On distingue deux genres d'accents :

    a.L'accent fixe

    Au XVIIe siècle, le vers classique supportait deux accents : l'un en son milieu qui est la césure et l'autre à sa fin qui est la rime. Ces deux accents divisent le vers en deux parties qu'on appelle hémistiches. Mais au XIXe siècle le vers ne supporte plus de césure.

    Exemple :

    Un jour sur ses longs pieds,//

    -allait je ne sais où/

    Le héron au long bec,//

    -emmanché d'un long cou/ _(La Fontaine)

    La partie en gras est la 1re hémistiche
    La partie non en gras est la 2e hémistiche.

    .  Les deux tirets obliques « // » sont la césure
      Le seultiret oblique « / » est la rime

     

     

    b.L'accent mobile

                Le rythme est le mouvement du poème; il peut être l'image musicale du mouvement de la pensée.

                Le rythme régulier peut être binaire lorsqu’il est coupé en deux par la césure (c'est le cas de l'alexandrin classique), ternaire (comporte trois accents) ou tétramètre (comporte quatre accents). Mais le rythme peut être aussi entrecoupé, lent, rapide, progressif et peut exprimer la régularité, la monotonie ou la tristesse...

    Exemple :Et vous donc Kadicha, multiple amphithéâtre,

    ------------Où le cœur s'abandonne au vertige des cieux... (Charles Corm).

    Et vous donc,' Kadicha,' multip' le amphithéâtre,'

    Où le cœur' s'abandon' ne au vertige' des cieux'

    C'est un tétramètre de rythme régulier qui exprime le calme dans la grotte de "Kadicha".

    √   Les « ' » désignent les accents mobiles.

                2. L'enjambement

                Quand la pause finale n'accomplit pas le sens du vers et que l'on doive le continuer dans le vers suivant, on dit qu'il y a enjambement.

    Exemple :Depuis huit jours, j'avais déchiré mes bottines

                  Aux cailloux des chemins. J'entrais à Charleroi. (Arthur Rimbaud)

    3. Le rejet et le contre-rejet

                On dit qu'il y a rejet lorsque le sens du vers se termine au début du vers suivant.
    Exemple : Il est pris. — Oh! quel nom sur ses lèvres muettes
                  Tressaille ? Quel regret implacable le mord ? (Arthur Rimbaud)

    Lorsque le sens du vers commence à la fin du vers précédent, on dit qu'il y a contre-rejet.
    Exemple : Souvenir, souvenir, que me veux-tu ? L'automne

                   Faisait voler la grive à travers l'air atone. (Paul Verlaine)

     

                D. LES IMAGES POÉTIQUES

     

                Contrairement au discours scientifique qui utilise les images pour expliquer ou/et pour ramener l'inconnu au connu, la poésie emploie pour court-circuiter le langage ordinaire, ou pour restituer dans toute sa force une émotion, une impression que le langage ordinaire ne peut exprimer. La nouveauté et l'originalité des images poétiques créent un effet de surprise.

     

    QUELQUES FORMES DE POEMES

     

    Acrostiche :poème dont la première lettre de chaque vers, si on lit dans le sens vertical, donne le sujet du poème, le nom de l'auteur ou de celui à qui le poème est destiné.

     

    Ballade :au Moyen Age, poème lyrique à forme fixe, se composant de 3 strophes et d'un envoi qui commence en général par le mot « Prince ». Chaque strophe et l'envoi se terminent par le même vers, les 3 strophes sont symétriques par le nombre de vers, la position des rimes, la mesure des vers, tous de même longueur. XIXe siècle : poème épico-lyrique, à strophes égales, emprunté par les romantiques à l'Angleterre et à l'Allemagne : ce poème a pour sujet une légende guerrière, un amour tragique, un amour sanglant, un récit fantastique. De nos jours, la ballade évoque surtout l'idée de chant populaire. De nos jours, la ballade évoque surtout l'idée de chant populaire. A ne pas confondre avec l'orthographe de "balade', une promenade.

     

    Ode :(grec : « chant ») tout poème destiné à être mis en musique. Forme et sens très variés. Tout poème lyrique qui exprime d'une façon personnelle des sentiments communs à la masse des hommes, en strophes symétriques, en mètres variés, avec un système harmonieux de rythmes et de rimes.

     

    Rondeau :petit poème à forme fixe.13 vers sur 2 rimes aabbaaabaabba ; pause après le 5ème et le 8ème vers ; les premiers mots du rondeau se répètent après le 8ème et le 13ème vers sans compter pour un vers.

     

    Sonnet :De l'italien petite chanson : poème de 14 vers d'origine provençale ou italienne, importé au XVIe siècle par Marot.

    D'abord en alexandrins, il admit l'octosyllabe, puis tous les mètres ensuite.

    Le sonnet comporte 2 quatrains et 2 tercets.

    Les 8 premiers vers sont construits sur 2 rimes seulement sous la forme ABBA/ABBA. Ils doivent être semblables de disposition, et présenter chacun à l'intérieur deux rimes plates. Les tercets riment en CCD/EED ou CCD/EDE. Le dernier vers du sonnet est appelé "chute". Il doit être particulièrement brillant ou induire à la rêverie.
    En France, on ne trouve pas de sonnet avant le XVIe siècle, durant lequel Ronsard, Du Bellay et tous les poètes le cultivèrent avec ardeur. Le XVIIe siècle s'engoua du sonnet, et Boileau put écrire : «Un sonnet sans défaut vaut seul un long poème. » Mais le XVIIIe siècle l'abandonna presque complètement. Le romantisme le remit en honneur au XIXe siècle, et les parnassiens en tirèrent un beau parti. Parmi eux, J.-M. de Heredia porta le sonnet à un haut degré d'expression et de perfection.

     

     

     

     

    LA DISSERTATION

     

    I. DEFINITION

          

            La dissertation est une réflexion méthodique, cohérente et rigoureuse sur un problème d’ordre général, philosophie, historique littéraire, etc. Elle consiste à trouver des idées originales, à mener un raisonnement logique sur un sujet à travers une argumentation solide.

         Elle vise trois objectifs que sont :

    . le niveau de maitrise de la langue par le candidat ;

    .le degré de culture générale de celui-ci ;

    .sa capacité à raisonner face à un problème.

         Une dissertation comprend trois parties classiques : introduction, développement et conclusion.

     

    II. LES TROIS PARTIES CLASSIQUES DE LA  DISSERTATION

     

    1.      L’introduction

     

                Elle  introduit le sujet d’une idée générale ayant de près ou de loin un rapport avec le sujet. Loin d’être une simple formalité appelée techniquement « stimulus» évité au candidat de faire du but en blanc qui ne corresponde à aucune logique tout en lui permettant d’aboutir avec élégance au sujet. Ensuite, l’on intègre le sujet in extenso s’il est court et entre guillemets en faisant ressortir la problématique mais lorsqu’il est long, il faut en paraphraser l’auteur en reprenant les mots clés entre, guillemets. Enfin, l’introduction se termine par l’annonce du plan.    

     

    2.      Le développement

     

               Il comprend deux ou trois parties en fonction du plan ou de la démarche suivie. Chaque partie doit ouvrir par une idée prise de position qui doit être étoffée par deux ou trois autres paragraphes (c’est à titre indicatif sinon l’on peut aller au- delà, même si cela comporte des risque d’extrapolations pouvant faire dévier du sujet à cause des longueurs inutiles). Ces idées sont, faut- il le rappeler, les arguments qui soutiennent la position prise dans la partie.

                Les différents parties et les paragraphes doivent être typographiquement distincts, c’est- à- dire marqués par des alinéas et reliés par des connecteurs logiques en fonction des rapports qui les lient. Les citations et les proverbes que l’on y emploie doivent être mis entre guillemets et les titres des œuvres soulignés.

     

    3.      La conclusion

     

                Le développement y est récapitulé, c’est-à-dire que l’on en fait le bilan avec probablement un point de vue puis l’on procède à une ouverture. D’ouverture, il ne s’agit pas forcement une question comme beaucoup le croient mais c’est un regard nouveau qui prolonge le débat sous un autre angle.

                En résumé, l’introduction pose  le problème, le développement tente de le résoudre et la conclusion en fait le bilan et élargit la perspective.

     

    III.  LES TYPES DE PLAN

           Comme tout travail de réflexion, le sujet de dissertation fait appel à une démarche qui obéit à une méthode d’approche. Dans ce sens, il requiert des types de plans précis qu’il convient de recenser et d’analyser.

     

    1.      Le plan dialectique

            C’est un plan qui se déroule entre trois périodes : une thèse, une antithèse et une synthèse.

    a)- La thèse : elle consiste à développer la thèse, c’est-à-dire le point de vue proposé par le sujet. Il s’agit d’expliquer ce point de vue comme si l’on en était l’auteur, preuves à l’appui.

    b) l’antithèse : cette partie regroupe tous les éléments opposables à la thèse. Appelée également partie restrictive, elle peut être fait de réserves ou de restrictions ou d’insuffisances émises par rapport à la thèse.

    c)- La synthèse : la synthèse expose ce qu’il convient de penser à la suite de la confrontation entre la thèse et l’antithèse. Elle doit dépasser les idées développées dans les deux parties précédentes et apporter des éléments soutenus qui pourraient refléter la position du candidat.

     

    2.      Le plan problème- causes- solution

            Appelé plan analytique par ailleurs, il est le plan des sujets d’ordre général et se pose sous la forme d’une opinion ou d’un point de vue affirmer ou à confirmer, même si dans la formulation du sujet l’on peut rencontrer la question « qu’en pensez-vous ?». Ce type de plan porte sur de grands phénomènes comme la pollution de l’environnement, la prostitution, la drogue, le terrorisme, la corruption, la délinquance juvénile, le fanatisme, etc. Le candidat doit donc faire le constat de l’existence du phénomène puis en rechercher les causes et enfin proposer des solutions.

     

    3.      Le plan inventaire

            Un tel plan invite le candidat à faire l’inventaire des différents éléments sur lesquels doit porter sa réflexion. Il s’agit d’une étude minutieuse des acceptions des termes du sujet. Le candidat est alors invité à bien illustrer les éclairages qu’il apporte pour être convaincant.

     

    4.      Le plan comparatif

             Il consiste en une comparaison de deux éléments rapprochables soit en termes de différence, soit en termes de convergence. Face à un sujet du genre, il convient d’avoir le réflexe de penser qu’il y a matière à comparer. Bref, la comparaison se fait par analogie.

     

    5.      Le plan explication et illustration de   formule

                Avec ce plan, il faut expliquer de point vue de sorte qu’il n’y ait plus de zone d’ombre. Les idées doivent être étayées par des exemples précis. Dans l’approche, l’on peut aller à deux ou trois interprétations exprimant toutes, ce que le sujet traduit comme préoccupation.

     

    IV. LES QUESTIONS DU LIBELLE

     

                Un sujet de dissertation comporte une ou deux parties qui permettent au candidat de bien circonscrire le développement en lui précisant ce qu’il doit faire. C’est ainsi que l’on rencontre des consignes types  à titre indicatif que nous allons énumérer puisqu’on ne peut pas les prendre toutes au cas par cas.

     

    1. Expliquer

                C’est faire comprendre par un développement détaillé. En effet, un sujet est le plus souvent une pensée concentrée et il s’agit dans ce cas de le développer, de l’expliciter avec des arguments et des exemples historiques, livresques, etc. Pour ce faire, l’explication doit aller dans le sens de l’affirmation de l’auteur

     

    2. Discuter

                 Il s’agit d’examiner minutieusement une question pour en débattre le «pour » et le « contre». La discussion repose sur la dialectique qui consiste à opposer une antithèse à la thèse dont la dynamique aboutit à une synthèse. Dans la discussion l’on examine la question dans ses moindres détails afin de faire apparaître les éléments contradictoires à partir desquels on construit la synthèse. Enfin, il faut noter que la discussion ne doit être ni partielle ni partiale ; elle vise surtout à l’objectivité.

     

    3. Qu’en penser ?

                Une telle question suppose la liberté du candidat. Il y a discussion ou non selon sa position par rapport au problème :

                S’il épouse les idées de l’auteur, il n y a pas de discussion ; il suffit d’expliquer et de justifier le postulat.

                Si en revanche l’on n’est pas du même avis que l’auteur, il ya alors discussion et cela repose sur le principe énoncé dans la consigne «discuter».

     

    4. Commenter

                Le commentaire consiste à faire des remarques sur une pensée, un texte ; une œuvre. Ces remarques peuvent être favorables ou défavorables au sujet ou encore favorables pour un des ses aspects et défavorables pour un autre. L’essentiel ici est de toujours apporter des arguments solides quelle que soit son option.

     

       5. Comparer

             Il s’agit d’établir des éléments de ressemblance et différence à partir de deux ou trois critères de comparaison. Chaque élément à comparer se situe toujours en début de partie comme une idée prise de position et développé par les aspects de la comparaison sous forme de paragraphe (deux ou trois).

     

    6. Développer

            Cette consigne demande de faire prendre de l’ampleur au sujet en exposant avec des détails. Un sujet de ce genre sous-entend des références, des allusions qui sont des non-dits dont il faut faire ressortir différents aspects.

     

    V. QUE FAIRE DEVANT UN SUJET ?

     

                Il y a bien une attitude qu’il convient d’avoir devant un sujet si l’on ne veut pas le rater en faisant un hors sujet ou le traiter avec des idées formelles (pour la forme). C’est pour cela qu’il faut suivre certaines étapes.

     

    Comprendre le sujet

              Pour comprendre le sujet, il faut le lire très attentivement et de façon répétée. Ensuite, l’on doit souligner certains termes clés qui permettent de connaître le domaine concerné (le thème traité par le sujet). Puis l’on analyse la position du problème, c’est- à- dire comme le problème est posé par le sujet. Enfin, une reformulation peut être faite pour préciser d’avantage la problématique.

     

    Recherche des idées

                Une fois le sujet compris, il y a lieu de recherche les idées pour mener la réflexion. Mais justement, c’est là que surgissent les difficultés car l’on ne comprend pas trop souvent ce que c’est que l’idée. D’idée, il faut savoir qu’il s’agit des éléments à utiliser pour expliquer le sujet et à le commenter ou le discuter, etc. Selon la consigne. L’on peut les recenser pèle mêle avant de passer à l’étape suivante qu’est le tri, puis l’on procède au classement.

     

    La rédaction

                 C’est l’ultime étape de la dissertation.

                Le travail consiste a construire un texte riche en langue et profond en analyse. Les fautes à cette étape sont à exclure et les expressions alambiquées à proscrire. Tout doit être dit  clarté à travers une présentation qui facilite la lecture au correcteur. Bref, le constat doit être fait que les trois objectifs essentiels de la dissertation sont atteints. En général, il est conseillé aux candidats de faire l’introduction et la conclusion au brouillon avant d’entamer la rédaction du corps du devoir. Mais il est bon de savoir que c’est plutôt à titre indicatif sinon celui qui se sent à l’aise peut faire son introduction, passé au développement avant de terminer par la conclusion comme l’ordre normal.

                Pour conclure, disons qu’une dissertation est l’expression intégrale du niveau du candit. Pour cela, il doit se concentrer pour faire efficacement le travail afin qu’on sache ce dont il est capable en matière de réflexion et de conception. Quant au travail en tant que tel,  insistons pour dire que l’introduction pose le problème, le développement tente de le résoudre et la conclusion en fait le bilan tout en élargissant la perspective.

     

     

     

    QUELQUES SUJETS DE DISSERTATION

     

    Sujet 1 Familles, je vous hais !... Approuvez-vous ce célèbre anathème qu’André Gide lança dans les Nourritures terrestres en 1897 ?

     

    Sujet 2 : Que pensez-vous de cette affirmation de Gaston BERGER : Il faut être assez adapté à la profession pour être efficace et heureux ; et il faut être assez séparé de sa profession pour ne pas en être l’esclave ?

     

    Sujet 3 :Eugène Ionesco écrit : « La littérature empêche les hommes d’êtres indifférents aux hommes ».

            Qu’en pensez-vous ? Vous fonderez votre réflexion sur l’analyse d’exemples précis.

    Sujet 4

     « Les romans, ce peut être aussi apprendre, en se donnant du plaisir, à mieux ouvrir les yeux pour agir demain. »

                Commentez ce point de vue de Georges Jean dans « Le Roman » (Le Seuil, 1971).

    Sujet 5

    « Un jour quelqu’un me disait que la culture ne sert à rien. Or, sans la culture nous n’avons pas d’avenir »disait Bernard B. DADIE, écrivain ivoirien in Ivoire Hebdo Magazine no 002 du 7 août 2003.

     

    Sujet 6

    « L’art est un fait pour troubler. La science rassure. »Que pensez-vous de ces affirmations de Georges Braque ?

    Sujet 7

    La certitude est-elle le signe d’une pensée morte ?

    Sujet 8

    La citoyenneté.

     

     

     

    LA NOTION D’ARGUMENTATION

     

    Une thèse peut être soutenue d'arguments de nature diverse. On peut distinguer deux catégories :

    ·         Ceux qui sont fondés sur l'expérience :ils tirent alors leur validité du réel et persuadent le récepteur par les éléments référentiels qu'il peut connaître et confirmer.
    C'est le cas de l'argument d'autorité, qui s'appuie sur une citation, ou sur une opinion dont on souligne la valeur communément admise. C'est le cas aussi de l'exemple argumentatif, qui donne à l'exemple une portée générale.

    Exemples :
    Un argument d'autorité : La sédentarisation grandissante de l'humanité dans les villes est, comme l'a montré Michel Tournier, un signe de la guerre ancestrale qu'elle a toujours menée contre les nomades.

    Un exemple argumentatif :Il suffit de regarder les cages bétonnées que sont devenus les grands ensembles pour douter qu'ici s'installe vraiment une communication chaleureuse.

     

    ·         Ceux qui sont fondés sur la logique :ils tirent leur validité de leur aspect rationnel et convainquent le lecteur par l'adhésion intellectuelle.

    C'est le cas de l'argument par déduction, qui tire une conséquence logique d'une cause générale (l'argument par induction effectue la démarche inverse, remontant de la manifestation concrète au principe général). C'est le cas aussi de l'argument par analogie, qui, pour établir un phénomène, le rapproche d'un autre qui lui est apparenté.

    Exemples:

    Un argument par déduction :L'humanité s'est toujours épanouie dans la communauté et, pour cela, les hommes ont recherché les concentrations urbaines, quitte à souffrir de leur pléthore. Pourquoi aujourd'hui en serait-il autrement?

    Un argument par analogie: Il est aussi vain de stigmatiser la ville moderne que de regretter perpétuellement la disparition d'un prétendu âge d'or.

     

     

     

     

     

     

     

     

    Deuxième partie :

    Littérature

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

                                                                                

     

     

     

     

     

     

     

    LA LITTERATURE

    A.    LA NOTION DE LITTÉRATURE 

                Le terme littérature désigne l’ensemble des œuvres issus de la réflexion humaine et qui revêt un caractère littéraire. Or, ce qui est littéraire relevé d’abord de la lettre et de l’écriture. On peut déduire que d’une façon générale parler de la littérature c’est faire référence à l’ensemble des œuvres écrites d’un pays, dune région, d’un espace linguistique, etc. toutefois on ne doit occulter la spécificité de certaines régions d’Afrique caractérisé par l’oralité. Ici, le souci de l’esthétique est pris en compte dans les textes oraux.

                La littérature est un des piliers de l’art. Parmi ces piliers on peut citer la peinture, la sculpture, le dessin, la musique, l’architecture, le cinéma la danse (chorégraphique).

    1.      Définition

    Si l’on consulte les dictionnaires on peut retenir les définitions suivantes selon l’ouvrage consulté.

    Ainsi on peut retenir que selon le ROBERT, la littérature est :

    -          L’ensemble des connaissances, en somme la culture générale relative aux lettres.

    -          L’ensemble des œuvres écrites qui portent la marque de préoccupation esthétique ; les connaissances et activités qui s’y rapportent.

    -          Tout usage esthétique du langage même non écrit.

    Par contre selon le LAROUSSE, la littérature peut se définir comme :

    -          L’ensemble des œuvres écrites auxquelles on reconnait une finalité esthétique.

    -          L’ensemble des œuvres considérées du point de vue du pays, de l’époque, du milieu où elles s’inscrivent du genre auquel elles appartiennent.

    -          La production de ces œuvres, l’activité ou le métier de l’écrivain ou de l’homme de lettres

                De ces défiions on peut retenir que la littérature est avant tout un art du langage. Ainsi la littérature exploite les potentialités du langage  et ne sert pas seulement des mots  comme des outils indifférents.

                De même on peut concevoir la littérature comme l’expression de l’homme, de ce qu’il a de plus humain. C’est le lieu de rencontre entre les hommes (Ecrivain -lecteur). C’est donc un puissant moyen de communication.

    Mais au fais pourquoi écrit-on ?

     

    2.      Objectifs

    Parmi les objectifs de la littérature on peut inscrire :

    -          On peut écrire pour la gloire et la fortune : les écrivains exploitent leur talent pour accumuler des richesses et surtout accéder à la gloire

    -          On peut écrite aussi pour se délivrer : cette motivation parait chez bien d’écrivains. L’écriture même si elle souffrance, en elle, peut servir de Source de délivrance et d’accomplissement.

    -          On peut écrire juste pour communiquer.

    -          On peut écrire pour résoudre des questions existentielles : l’écriture permet de s’interroger sur la condition humaine et le devenir de notre monde.

    B.     LES FONCTIONS DE LA LITTÉRATURE

    Il faut préciser de prime à bord que la littérature n’est pas utilitaire puisqu’on peut s’en passer. Cependant du fait de ses capacités à vulgariser des connaissances, elle est en effet un moyen de connaissance de l’homme et du monde. Ainsi la littérature permet de connaitre :

    -          Le passé (à cause de l’arrière fond historique et mental)

    -          D’autres civilisations (arrière fond culturel), etc.

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    LITTERATURE ET ENGAGEMENT

    I.                   LA LITTERATURE COMME ENGAGEMENT

    1.      Qu’est ce qu’un engagement ?

                S’engager c’est prendre position pour une cause un idéal, prendre position contre un état de chose, une idéologie. Toute prise de position se traduit pour une activité qui est soit violent, soit pacifique soit les deux à la fois. En règle générale les prises de position des hommes de culture, des intellectuelles se situent sur le terrain des idées, et donc de la critique ; il s’agit pour l’intellectuel de jouer un rôle de catalyseur des mouvements de son temps ; la plume l’écriture, doivent servir à réveiller les consciences endormies ; à ouvrir les yeux fermés sur la réalité incomprise ; la littérature dénonce comme elle annonce. Elle contient rejet et projet ; voix des sans voix, elle est l’avant garde des luttes de son temps.

    « La littérature est une expression, un langage comme toute expression, elle n’est  pas neutre elle prend position par rapport au monde par rapport aux réalités socio-historiques, aux valeurs, la littérature est engagement ».

                Elle est un miroir qui reflète les maux et les contradictions d’une époque, le malheur et le bonheur d’un temps ; comme dirait Sartre, l’écrivain est par « nature » plongé jusqu’au cou dans histoire. « La littérature, ce ne sont que des mots mais des mots qui expriment des maux ».

                La littérature est une arme, une arme aussi dangereuse qu’une Kalachnikov, qu’une Bombe ; un canal de diffusion des sentiments, visions et idées nouvelles, elle est subversive dans son essence même pour toutes les formes de totalitarisme ; à ce titre elle doit prendre part aux luttes émancipatrices des opprimés, des peuples.

                Cette conception est défendue par les marxistes pour lesquelles toute littérature véhicule une idéologie : « un ensemble d’idées qui prône une conception bien donnée de la vie individuelle, sociale et des rapports  sociaux ». Ainsi ils font la distinction entre littérature bourgeoise et littérature progressiste ou révolutionnaire.

                La littérature bourgeoise par exemple sert à mystifier les consciences ; détourner l’homme des problèmes réels et des solutions concrètes. A quoi sert de magnifier l’amour et le beau dans un monde de misère, d’exploitation de l’homme par l’homme ?

                A l’opposé, la littérature doit servir à dénoncer, à démystifier à sensibiliser,  à faire prendre conscience, à mobiliser.

                Dans la mémoire collective, Sartreest le symbole de l'engagementde l'écrivain. Il affirme qu'un texte n'est jamais neutre par rapport à l'époque où il est écrit — sauf la poésie qui, parce qu'elle traite des mots comme la peinture le fait des couleurs, peut ne porter aucun message.
                Les autres textes nous invitent à nous situer par rapport au monde dans lequel nous vivons: ou bien ils le présentent de façon positive et nous invitent à le conserver, ou bien ils le présentent négativement et nous exhortent à le changer. Il peut être confortable, en effet, de se réfugier dans la lecture du patrimoine, des textes du passé qui n'ont plus de prise directe sur le monde actuel. Mais tout écrivain doit savoir qu'il est impliqué dans ce qu'il écrit, et qu'il implique son lecteur. Il doit écrire en s'engageant consciemment, en sachant qu'il écrit toujours pour un public désigné, qu'il répond à une urgence.

    2.      Les autres formes d'engagement:

                L'engagement de l'écrivain peut se situer ailleurs. Ses valeurs peuvent ne pas être strictement politiques, mais morales ou culturelles: il défendra alors les valeurs de son pays, de sa terre, de l'humanité entière, désireux de résister par un langage libre et lucide à toutes les formes d'aliénation. Cet engagement peut aussi se faire au nom de la littérature tout entière.        On peut considérer qu'il appartient à l'écrivain de mettre en place un échange conscient avec son destinataire, de le faire réfléchir sur les livres et, à travers eux, sur les relations entre les hommes. On peut voir enfin dans les textes littéraires une résistance efficace à toutes les paroles émiettées, disloquées ou incohérentes. Le travail de l'écrivain peut ainsi s'efforcer de redonner un sens à ce que nous vivons.

                Dans un « monde cruel, déchiré », Soljenitsyne veut faire prévaloir une vision universelle de l'homme à travers la littérature. Résister à toutes les formes d'oppression, c'est aussi le projet de Camus. Italo Calvino croit au pouvoir qu'à la littérature d'imposer de nouveaux « modèles de langage, de vision, d'imagination ». Milan Kundera voit dans « l'esprit de complexité » du romanun moyen de lutter contre les simplifications excessives du monde moderne.

     

    II.                LES LIMITES DE LA LITTERATURE ENGAGEE 

     

                La Littérature  en s’engageant court le risque de se faire populaire de  perdre en qualité.

                Elle occulte la fonction principale de tout art : la recherche de la belle forme, et l’expression d’une originalité subjective, un roman n’est ni un trac, ni pamphlet. Un écrivain à la solde du pourvoir ou du contre pouvoir est-il encore un écrivain ? Ne devient –il pas un  scripte, un pharisien, un idéologue ?

    Mais la littérature ne peut se couper du monde. Il faut concilier, engagement et qualité, objectivité et expression subjective ; chaque auteur est un témoin original des événements de son temps.

     

    Notes sur quelques auteurs

     

    Alexandre Soljenitsyne:

                Né en 1918, Alexandre Soljenitsyne passe sa jeunesse à Rostov sur le Don, dans le sud de la Russie. En janvier 1945, il est arrêté pour avoir émis dans une lettre privée des doutes sur les qualités militaires de Staline. Il est condamné sans appel à 8 ans de déportation dans un camp, expérience qu'il relatera dans « Une journée d'lvan Denissovitch ». À partir de 1964, interdit en URSS, il publie ses oeuvres à l'étranger: «Le Premier cercle», « Le Pavillon des Cancéreux » et « L'archipel du goulag ». Il a obtenu le Prix Nobel de littérature en 1970. 

    Italo Calvino:

                Italo Calvino grandit à San Remo dans un univers centré autour de la nature. Engagé de force dans les jeunesses fascistes en 1940, il entre dans la Résistance dès le milieu de la guerre et s'inscrit au Parti communiste. Il écrira toute sa vie pour divers journaux: « Il Corriere della Sera », « Contemporaneo », ou encore « La Repubblica ». En 1947, il écrit son premier roman, « Le sentier des nids d'araignées ». Il quitte le Parti en 1957 et publie un conte philosophique fantastique: « Le baron perché », « Le vicomte pourfendu » et « Le chevalier inexistant ». Il s'installe en 1967 à Paris, fréquente des cercles littéraires comme l'OuLIPo et rencontre Roland Barthes, Raymond Queneau et Georges Pérec. Très sollicité, il donnera des conférences dans le monde entier.  

    Milan Kundera:

                Milan Kundera a un parcours assez atypique. Il rejoint le parti communiste en 1948, avec beaucoup d'enthousiasme. Il en est radié deux années plus tard pour avoir fait preuve d'individualisme. Principal acteur du printemps de Prague en 1968, il se retrouve privé de la nationalité tchécoslovaque. Il devient alors citoyen français en 1981, et rédige désormais ses romans dans cette langue. Il reçoit le Prix Médicis pour « La vie est ailleurs » en 1973, et le Prix de la critique de l'Académie françaisepour son essai sur « L'art du roman » en 1987. 

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    RESUME DE QUELQUES ŒUVRES

    1.      Les Soleils des IndépendancesAhmadou Kourouma

     

    Ahmadou Kourouma met en scène un monde en décomposition n'offrant aucune issue à son antihéros : Fama Doumbouya.

                Issu de la société aristocratique malinké, Fama Doumbouya est dépouillé de ses prérogatives par les autorités coloniales. Pour laver l'affront, il participe au mouvement de Libération nationale, en espérant sa réhabilitation, une fois les colons partis. L'indépendance acquise, Fama reçoit une carte du parti en guise de remerciements.

          Récit de la déchéance d'un homme, le roman d'Ahmadou Kourouma est aussi celui du désenchantement national. Huit ans après la décolonisation, Ahmadou Kourouma lançait un brûlot en montrant que les indépendances avaient accouché d'une souris. L'itinéraire kafkaïen de Fama le démontrant aisément. Pour avoir oublié de raconter son rêve aux autorités, Fama est accusé de complot contre le pouvoir. Incarcéré, libéré, puis gracié, Fama refuse le pardon du chef de l'État (une véritable farce) et opte pour un retour au village natal. Mais en passant la frontière, il désobéit à l'injonction des gardes du pont séparant la côte d'Ébène de la République du Nikaï. Poursuivi, il saute dans le fleuve et meurt dévoré par le crocodile sacré, pourtant l'animal totem de sa dynastie.

          Ce fait résume bien la fin d'une époque : celle où l'Afrique ignorait les frontières arbitraires. Mieux encore que le décès de Fama, c'est la stérilité de son épouse Salimata qui l'exprime symboliquement. Ce que décrit l'auteur ici, ce n'est pas tant la désillusion engendrée par les indépendances, que ce que j'appellerai l'Afrique grise. D'un côté, une Afrique romantique, qui se complaît dans sa grandeur coloniale ; de l'autre, une Afrique stérile, incarnée par la classe politique issue des indépendances. Se complaire dans une Afrique coloniale glorieuse, nous dit Kourouma est une folie ; croire en une Afrique indépendante prospère est une chimère. Toute cette Afrique grise, Ahmadou Kourouma nous la donne à lire dans une langue originale, qui consiste à introduire le phrasé malinké dans la syntaxe française, avec en prime une ironie épicée de proverbes. En un mot, Ahmadou Kourouma récrit l'aventure ambiguë de l'Afrique. Cette pertinente et impertinente méditation sur l'impasse africaine associée à l'originalité du ton fait des Soleils des indépendances un livre fondateur.

    2.      Carnet secret d’une fille de Joie, Patrick G Ilboudo

                L’auteur de ce roman Patrick G Ilboudo est burkinabé. C’est l’histoire d’une jeune fille nommée Fatou Zalme qui voit son destin changer suite à une grossesse indésirée à l’âge de 15 ans et à l’abandon du père de son enfant Bala Tondé qui était en 1ère.Après la naissance de son fils Ham, la misère et la marginalisation de Fatou Zalme la poussât à suivre les pats d’une de ses copines Hedy Zougmore qui était une prostituée. Malgré les conseils et les réprimandes de sa famille, celle-ci s’enfonçait de lus en plus dans son métier. Elle eut de nombreuses relations où elle rencontra plusieurs types d’hommes, surtout les politiciens. Elle eut deux opportunités de mariage, premièrement avec un handicapé qui l’apprit à aimer son fils et deuxièmes avec un blanc nommé Godefroy Deschamps. Ces opportunités tomberont à l’échec à cause de ses parents et d’un de ses clients le préfet maire de Balarasso. Une de ses relations avec un syndicaliste aboutit à un enfant malheureusement mort-né.

                Un jour, Fatou Zalme fait le point de sa vie et eut d’énormes remords. Elle prit des comprimés pour se suicider. Après cela, elle se confiât à son demi frères Mita Wogada ou elle lui raconta tout ses aventures. Elle tomba dans un sommeil de mort et fut rapidement hospitalisée à l’hôpital Yalgado où elle fut sauvée de justesse.

    3.      Le monde s’effondre,  Chinua Achebe

                Le monde s’effondre est un témoignage sur le mode de vie des africains avant et pendant la colonisation de l’Afrique noir par les européens. Jadis, enraciné dans la culture, le Ibo connaîtra un bouleversement socio- culturel dés les premiers jours de l’arrivé des colons.

               En effet, ce peuple étant animiste, accordait une grande importance aux valeurs traditionnelles. Les traditions Ibo gardent leur importance lorsque survient un évènement malheureux ou joyeux. Okonkwo, le personnage principal de cette œuvre est un farouche guerrier et un grand cultivateur qui projette de rehausser l’image de la famille ternie par un père assisté paresseux. Chinua Achebe brosse donc le portrait d’un homme rude, complexe, ambitieux qui veut s’accomplir et devenir une figure emblématique de son clan. C’est pourquoi il fut désigné par les responsables du clan pour l’enlèvement de Ikemefuna et de la vierge fille en compensation d’une femme assassinée dans le village voisin Mbaino. Mais ce dernier fut contraint à l’exil pour avoir tuer le fils âgé de Ezeulu lors de ses funérailles.

             Tandis qu’il lui restait quelques années pour prendre les plus hauts titres du clan. L’exil d’Okonkwo sera marqué par l’avènement de la colonisation à Umuofia. Après sept ans d’exil, Okonkwo regagna la terre paternelle et trouva que la société était divisée. Les partisans de la nouvelle religion furent entrés en conflit avec les détenteurs de coutume, car Enoch ôta le masque à un Egwugwu lors d’une cérémonie. En réplique, les membres du clan détruisirent  l’église. Ce qui conduisit Okonkwo et cinq autres autorités en prison. A la sortie de la prison, Okonkwo lança un appel à la révolte mais n’ayant pas le soutien, il décida de se suicider.

                L’œuvre est structuré en trois parties qui comportent  254 pages.

                La première partie  comprend 139 pages soit 13 chapitres. Elle décrit l’apogée de la société Ibo au Nigeria et dans laquelle évolue un grand guerrier du nom d’Okonkwo.

                La  seconde partie regroupe six  chapitres soit 39 pages évoque l’exil d’Okonkwo dans son village maternel pour avoir commis un meurtre, ainsi que l’arrivée des missionnaires blancs et la conversion de son fils aîné à la nouvelle religion (le christianisme).

                La  dernière partie  compte six  chapitres et raconte le retour d’Okonkwo dans son village natal régi par de nouvelles lois investies par les étrangers (missionnaires), où règne un désordre indescriptible. Indigné par les pratiques de la nouvelle ère, Okonkwo mis fin à sa vie.   Dans le roman, de nombreux thèmes sont abordés mais nous étudierons les grands thèmes tout en faisant leur rapport avec l’actualité.

    4.   La grève des battu,Aminata Sow Fall

            L’auteur de ce roman est sénégalais. L’action se passe en ville, qui pourrait être Dakar ou n’importe quelles autres agglomérations de l’Afrique noire. Les hommes au pouvoir considèrent les mendiants comme des déchets humains qui défigurent la ville et qui entravent le développement du tourisme. Mour N’diaye, un haut bureaucrate plein d’ambitions décide donc de se débarrasser une bonne fois pour toute de ces indésirables. Plus exactement il en chargera son adjoint zélé, Keba Dabo et ne veut plus entendre parler de ces mendiants. Il y a donc deux camps qui s’affrontent. Les puissants ne lésinent pas sur la violence et expédient les mendiants à deux cents kilomètres de la ville. Mais ces derniers sont solidaires entre eux. Ils refusent d’être frappés et humiliés surtout, ils sont conscients de la place qu’ils occupent dans la société. Leur grève a des conséquences déroutantes pour les puissants. Très rapidement, Mour lui-même eut besoin d’eux pour la réalisation d’un sacrifice qui allait lui attribuer le poste de vice président, mais ces derniers lui refusèrent leur aide. Mour voit alors son rêve s’écrouler avec la nomination du ministre de l’intérieur TOUMANE TOURE au poste de vice président.

     

    QUELQUES PROVERBES ET CITATIONS D’AUTEURS AFRICAINS

     

    « Quand un homme malpropre au moral et au physique te donne dans l’ombre un coup de pied, il faut lui en donner dix publiquement, sinon le salaud ira dire que la nature t’a privé de membres pour répondre. » A. Hampaté Bâ, L’étrange destin de Wangrin. p. 40

    « Quelle que soit la valeur du présent fait à un homme, il n’y a qu’un seul mot pour témoigner la reconnaissance inspirée par la libéralité, et ce mot c’est merci. », Ibid. p. 41

    « Si un jeune s’expatrie et qu’à l’étranger il ne trouve pas un père et une mère, c’est qu’il n’aura pas su être le fils qu’il faut. » Ibid. p. 41

    « Il suffit d’une petite fourmi rouge dans la trompe de l’éléphant pour incommoder à en mourir le plus gros gibier de la terre. » Ibid. p. 66

    « Mieux vaut jouir de la confiance du roi que d’être son fils douteux. » Ibid. p. 67

    «  Quand la justice tarde à agir, c’est qu’elle est allée au loin chercher de gros bâtons verts et flexibles pour mieux châtier les coupables. » Ibid. p. 72

    « A quoi sert de lier amitié avec un singe sinon pour lui demander, le jour où l’on voit son bâton accroché dans les branches de le décrocher. » Ibid. p. 87

    « L’histoire est un perpétuel recommencement. Les actions tournent, vont et reviennent périodiquement. Elles ne font que changer d’acteurs. » Ibid. p. 105

    « Les fesses courent un danger tant qu’un scorpion reste dans la culotte, si bouffant soit-elle. » Ibid. p. 118

    « Merci est un bien petit mot mais il ne sort de la bouche que sous l’effet d’un acte qui inspire de la gratitude. » Ibid p. 122

    « On ne se présente pas chez sa belle-mère les mains vides. » Ibid p 123

    « On n’apprend pas à un vieux singe à faire la grimace. » Ibid p. 128

    « Le poids du plus grand malheur s’allège quand on use de patience pour le porter. » Ibid p. 324

    « Une braise suffit parfois à allumer un incendie massif. » Ibid p. 325

    « On ne torture pas le malade, on le soigne. » Ibid p. 335

    « L’homme ne peut résister à la femme que lorsqu’il y a un barrage entre eux. » Ibid p. 362

    « L’homme n’est pas bon dans sa propre bouche. » Ibid p. 362

    « L’hyène a beau être édentée, sa bouche ne sera jamais un chemin de passage pour le cabri. » A. KOUROUMA, Les soleils des Indépendances, p. 17

    « La vérité comme piment mûr rougit les yeux mais ne les casse pas. » Ibid p. 76

    « L’or ne se ramasse que par celles qui n’ont pas d’oreilles solides pour porter de pesantes boucles. » Ibid p. 54

    « Un seul pied ne trace pas un sentier et un seul doigt ne peut ramasser un petit gravier par terre. » Ibid p. 174

    « L’homme n’est rien sans les hommes, il vient dans leur main et s’en va dans leur main. »

    S. BADIAN, Sous l’orage, p. 27

    « Quand on cherche, c’est avec l’espoir de trouver. » Ibid p. 35

    « Les pintades regardent celle qui les guide. » Ibid p. 36

    « J’ai plus peur de celui qui me respecte que de celui qui me menace. » Ibid p. 37

     

    « La meilleure des connaissances est celle qui mène l’homme vers les hommes. » Ibid p. 97

    « La panthère a ses taches au dehors, l’homme a les siennes en dedans. » Ibid p. 38

    « Même la langue et les dents, appelées à cohabiter toute une vie se querellent. » p. 38

    « C’est à force de réfléchir que la vieille femme parvient à transformer le mil en bière. » Ibid p. 39

    « On ne peut pas en se poussant dépasser le mûr. » Ibid p. 39

    « Le séjour dans l’eau ne transforme pas un tronc d’arbre en crocodile. »  Ibid p. 56

    « La force ne crée pas un chef mais un adversaire à abattre. » Ibid p. 108

    « Celui qui est sur le dos de l’éléphant ne doit pas craindre la rosée. » Ibid p. 127

    « Le jeune qui a parcouru cent villages est l’égal du vieux qui a vécu cent années. » Ibid p. 141

    « Un poussin destiné à devenir un coq, on le remarque le jour même de son éclosion. » Chinua ACHEBE, Le monde s’effondre, p. 82

    « Un bébé sur le dos de sa mère ne s’aperçoit pas de la longueur du chemin. » Ibid p. 124

    « Je ne peux pas vivre sur le bord d’une rivière et me laver les mains avec des crachats. » Ibid p. 200

    « Un animal frotte le flanc qui le gratte contre un arbre, un homme demande à son parent de le gratter. » Ibid p. 201

    « Un enfant ne peut pas payer le lait de sa mère. » Ibid p. 201

    « Le soleil brillera sur ceux qui sont debout avant de briller sur ceux qui sont à genoux au- dessous d’eux. » Ibid p. 14

    « Un homme qui paie ses respects aux grands prépare le chemin de sa propre grandeur. » Ibid p. 29

    « Un crapaud ne court pas en plein jour pour rien. » Ibid p. 80

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


  • Commentaires

    1
    Equipe KaZeo
    Jeudi 20 Décembre 2012 à 15:52
    Vous pouvez choisir d'accepter automatiquement les commentaires ou les modérer avant la publication en cliquant sur Gestion du site et Options des commentaires.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :